Actualité du DIRE

DIRE au Palmarès du Festival de Cannes 2017

The-Square-de-Ruben-Oestlund-Palme-d-or-du-Festival-de-Cannes_exact1900x908_l

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) félicite ses adhérents pour leur présence au Palmarès de l’édition 2017 du Festival de Cannes. Quatre des sept prix décernés par le Jury présidé par Pedro Almodóvar, dont la Palme d’Or, sont allés à des films distribués par des sociétés membres du DIRE.  

À la Quinzaine des réalisateurs et à la Semaine de la critique, ce sont au total cinq prix qui ont été remis à des films DIRE. Les distributeurs indépendants du DIRE félicitent à cette occasion les auteurs, les réalisateurs, les producteurs et tous les partenaires de ces films.

*   *   *

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition

Palme d’or : The square de Ruben Östlund (Bac Films)

Grand prix : 120 battements par minute de Robin Campillo (Memento)
Prix du jury : Faute d’amour de Andrey Zvyagintsev (Pyramide)
Prix du scénario : Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos (Haut et Court)
 

Quinzaine des réalisateurs

Prix SACD : Un beau soleil intérieur de Claire Denis (Ad Vitam)

Label Europa Cinemas : A Ciambra de Jonas Carpignano (Haut et Court)
Art Cinema Award : The Rider de Chloé Zhao (Les Films du Losange) 

Semaine de la critique

Grand Prix Nespresso : Malaka d’Emmanuel Gras (Les Films du Losange)

Prix SACD : Ava de Léa Mysius (Bac Films) 

*   *   *

Prix Fipresci

Le Jury de la critique internationale a récompensé 120 battements par minute de Robin Campillo (Memento) pour la compétition officielle.
*

Prix du Jury œcuménique

Le Jury œcuménique a attribué son prix à Vers la lumière de Naomi Kawase (Haut et Court).
*
L’OEil d’or – Le Prix du documentaire
Le prix du documentaire remis par le jury de L’OEil d’or a récompensé le film Visages, villages de Agnès Varda et JR (Le Pacte).
*

Prix de la CST

Le jury de la CST (Commission supérieure technique de l’image et du son) a attribué le Prix Vulcain de l’artiste-technicien à Josefin Asberg pour le film The square de Ruben Östlund (Bac Films).
*
Cannes Soundtrack Award
Le prix Cannes Soundtrack de la meilleure musique de film originale a récompensé Oneohtrix Point Never pour sa composition sur Good Time de Benny Safdie et Josh Safdie (Ad Vitam).
*
Queer Palm
Le jury de la Queer Palm a remis son prix au film 120 battements par minute de Robin Campillo (Memento).
*
Prix François Chalais
Ce prix qui récompense une oeuvre traduisant au mieux la réalité de notre monde a été attribué à 120 battements par minute de Robin Campillo (Memento).
*
Palm Dog
Grand Prix du Jury décerné à Lupo, le berger allemand noir du film Ava de Léa Mysius (Bac Films).
*
Télécharger le communiqué de presse. 

DIRE au Festival de Cannes 2017

Schermata-2017-04-03-alle-10.16.51
Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) félicite ses adhérents pour leur présence au Festival de Cannes 2017 : 39 films distribués par les membres du DIRE figurent dans les sélections cannoises dont 11 films en compétition officielle. DIRE se réjouit de voir, année après année, les oeuvres défendues par ses membres ainsi reconnues pour leur très grande exigence artistique par toutes les sélections cannoises. [Actualisé]
*
Sélection officielle : 25 films
Compétition officielle : 11 films
Hors compétition et séances spéciales : 8 films
Un Certain Regard : 6 films
Quinzaine des réalisateurs : 7 films
Semaine de la critique : 4 films
ACID : 3 films
***

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition 
120 battements par minute de Robin Campillo, Memento
Rodin de Jacques Doillon, Wild Bunch
Happy End de Michael Haneke, Les Films du Losange
Hikari (Vers la lumière) de Naomi Kawase, Haut et Court
The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré) de Yorgos Lanthimos, Haut et Court
A Gentle Creature (Une femme douce) de Sergei Loznitsa, Haut et Court
Jupiter holdja (La lune de Jupiter) de Kornel Mundruczo, Pyramide
The square de Ruben Ostlund, Bac Films
L’amant double de François Ozon, Mars Films
Good Time de Benny Safdie et Josh Safdie, Ad Vitam
Nelyubov (Loveless) de Andrey Zvyagintsev, Pyramide
*
Sélection officielle – Film d’ouverture
Les fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin, Le Pacte
*
Sélection officielle – Hors Compétition
D’après une histoire vraie de Roman Polanski, Mars Films
Visages, villages de Agnès Varda et JR, Le Pacte
*
*Sélection officielle – Séances spéciales
Carré 35 de Eric Caravaca, Pyramide
12 jours de Raymond Depardon, Wild Bunch
Le vénérable W de Barbet Schroeder, Les Films du Losange
*
Sélection officielle – Séances de minuit
A Prayer Before Dawn de Jean-Stéphane Sauvaire, Wild Bunch
*
*Sélection officielle – Événements 70e anniversaire
Djam de Tony Gatlif, Les Films du Losange
*
Sélection officielle – Un Certain Regard
La novia del desierto (La fiancée du désert) de Cecilia Atán et Valeria Pivato, Memento
L’atelier de Laurent Cantet, Diaphana
Posoki (Directions) de Stephan Komandarev, Rezo Films
La cordillera (El Presidente) de Santiago Mitre, Memento
En attendant les hirondelles (The Nature of Time) de Karim Moussaoui, Ad Vitam
Dopo la guerra (Après la guerre) d’Annarita Zambrano, Pyramide***
***

Quinzaine des réalisateurs

Un beau soleil intérieur de Claire Denis, Ad Vitam – Film d’ouverture
The Florida Project de Sean Baker, Le Pacte
A Ciambra de Jonas Carpignano, Haut et Court
Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont, Memento
Nothingwood de Sonia Kronlund, Pyramide
I Am Not a Witch de Nyoni Rungano, Pyramide
Patti cake$ de Geremy Jasper, Diaphana – Film de clôture
 ***

Semaine de la critique

Malaka d’Emmanuel Gras, Les Films du Losange
Ava de Léa Mysius, Bac Films
*
Séances spéciales
Petit Paysan d’Hubert Charuel, Pyramide
Une vie violente de Thierry de Peretti, Pyramide
***

ACID

Le ciel étoilé au-dessus de ma tête de Ilan Klipper, Happiness Distribution
Kiss and cry de Lila Pinell et Chloé Mahieu, UFO Distribution
*
Séance spéciale
Pour le réconfort de Vincent Macaigne, UFO Distribution
*

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE interpelle les candidats à l’élection présidentielle

Les distributeurs du DIRE (Distributeurs Indépendants Réunis Européens) prennent la parole pour que la culture ne soit plus la grande oubliée de la campagne présidentielle.

Ils appellent les candidats à l’élection Présidentielle à préciser leurs projets et à prendre des engagements en matière de lutte contre le piratage et de diffusion des œuvres cinématographiques de la diversité.                                                                                  

*   *   *

Nous, Distributeurs Indépendants, Réunis, Européens, nous engageons quotidiennement pour que les films français, européens, de tous pays, puissent voir le jour, puis être proposés au plus grand nombre.

Nous représentons un maillon essentiel de la chaîne de financement, de fabrication et de diffusion des œuvres. Notre rôle est souvent méconnu, pourtant combien de cinéastes internationalement reconnus ont-ils été découverts grâce au coup de cœur de l’un des nôtres à l’autre bout du monde, combien de réalisateurs français ont-ils vu le financement de leur premier film déclenché grâce à l’engagement d’un distributeur à la lecture de son scénario ?

Les films que nous distribuons sont autant de regards d’artistes sur le monde et les hommes ; c’est ce cinéma-là que nous défendons, par passion, par conviction, et pour faire découvrir au public des œuvres que nous pensons capables de le toucher, de l’enrichir.

Aujourd’hui, le fragile équilibre économique sur lequel repose notre activité est remis en cause : les conditions d’exposition des films en salles, les ravages du piratage, la place décroissante du cinéma sur les chaînes de télévision, constituent autant de menaces sur la distribution indépendante, porteuse de diversité culturelle.

Sans une prise de conscience des responsables politiques, sans une action rapide et ambitieuse au lendemain de l’élection Présidentielle, le cinéma de la diversité et tous ceux qui l’écrivent, le réalisent, le produisent et le diffusent, courent le plus grand danger.

*   *   *

EXPOSITION DES FILMS EN SALLES : LA FIN DE L’ILLUSION ?

Les chiffres annuels d’une fréquentation en bonne santé sont trompeurs : un nombre croissant de films de la diversité rencontre d’importantes difficultés pour accéder aux écrans, et quand ces films parviennent à être programmés, ils le sont dans des conditions qui ne leur permettent pas de pouvoir rencontrer leur public : séances du week-end annulées au profit d’avant-première de films hollywoodiens ou de programmes hors-film, réduction des séances proposées dès la deuxième semaine, etc.

En dépit d’un accord interprofessionnel signé il y a un près d’un an, ces pratiques perdurent et progressent, tandis que ne cesse de diminuer la quote-part des recettes revenant aux ayants droit. L’éventualité d’une rentabilité économique devient d’autant plus hypothétique que les frais de promotion des films en salles augmentent et se généralisent, alors même que, exploitants et distributeurs ayant un intérêt commun à cette promotion très prescriptrice, il est fondamentalement anormal qu’elle soit une recette pour les uns et une dépense pour les autres.

Une régulation efficace doit être mise en place afin que les conditions d’accès au public redeviennent les mêmes pour tous les acteurs du secteur, pour que l’inévitable concurrence entre les œuvres ne soit pas, dès le départ, faussée par un rapport de force disproportionné et asymétrique entre les groupes intégrés et les indépendants de tous métiers, y compris les exploitants de cinéma.

Quels sont les engagements des candidats à l’élection Présidentielle pour que l’exposition des films en salles redevienne respectueuse des films de la diversité, qui ne doivent plus être considérés comme une variable d’ajustement de la programmation ?

 *   *   * 

PIRATAGE : LA FIN DE LA COMPLAISANCE ?

Trop longtemps les responsables politiques ont cultivé une ambiguïté vis-à-vis du piratage. Un temps précieux a ainsi été perdu, sur le plan éthique et éducatif tout d’abord, car le piratage ne peut en aucune manière être considéré comme une forme de démocratisation de l’accès à la culture. La culture a un coût, de création, de fabrication, de diffusion, et la mise à disposition des œuvres ne peut se faire sans que les créateurs et toute la chaîne des ayants droit ne soient rémunérés.

Toute remise en cause de ce principe menace la création elle-même, ses sources de financements diminuant à mesure que le piratage se développe.

Une étude chiffrait récemment à 1,36 milliard d’euros pour la seule année 2016 la destruction de valeur due au piratage, à la fois pour l’Etat, privé de recettes fiscales, les créateurs et les ayants droits, spoliés par ces exploitations illégales, et les entreprises audiovisuelles, contraintes de réduire leur capacité d’investissement.

Les distributeurs indépendants qui tentent d’équilibrer leur économie sur les recettes postérieures à la salle sont les premiers touchés par l’impact du piratage, en particulier sur les marchés vidéo : le marché illégal du DVD représente aujourd’hui 85% du marché légal, et le marché illégal de la vidéo à la demande (à l’acte et par abonnement) représente environ 71% du marché légal.

La profession n’est pas exempte de toute responsabilité : les offres légales de vidéo à la demande demeurent difficilement lisibles en raison du gel des droits pratiqués par la quasi-totalité des chaînes de télévision à partir du dixième mois après la sortie d’une œuvre en salles. À ce titre, et avant toute autre éventuelle modernisation de la chronologie des médias, il est indispensable que l’ensemble des diffuseurs, eux-mêmes impactés par le piratage et qui prétendent lutter contre, acceptent le dégel des droits sans contrepartie. Il en va de l’intérêt général de la filière.

La lutte contre le piratage doit devenir une priorité du projet des candidats à l’élection présidentielle en matière culturelle, et être déclinée sous toutes ses formes : prévention dans le cadre scolaire, déréférencement de l’offre illégale, sanctions réellement dissuasives par la mise en place d’un système de contraventions (chaque infraction constatée entraîne une sanction financière significative, aggravée en cas de récidive), poursuite pénale des administrateurs de sites pirates, etc.

Quels sont les engagements des candidats à l’élection Présidentielle en matière de lutte contre le piratage, première cause de perte de valeur pour l’ensemble de la chaîne de création et de diffusion des œuvres cinématographiques ?

*   *   *

AUDIVIOVISUEL : LA FIN DE L’INVISIBILITÉ ?

À l’image de celle de la culture, la place des films de la diversité à la télévision est en régression constante : à de très rares exceptions près, les œuvres cinématographiques proposées sur les chaînes nationales, quand elles n’ont pas déjà été multidiffusées au cours des 30 dernières années, sont loin de représenter la variété des films distribués en salles.

Si les opérateurs privés obéissent à une logique de recherche d’audience destinée à valoriser la vente de leurs écrans publicitaires, on peut attendre du service public, partenaire d’un cinéma ambitieux et pluriel via ses filiales de coproductions, qu’il s’empare avec plus d’envie et d’audace de son rôle de passeur qui en fait le relais naturel de la distribution indépendante.

Il lui revient d’ouvrir le regard des téléspectateurs sur le monde, de former les plus jeunes d’entre eux, de participer à la construction de la cinéphilie de demain comme il a contribué à forger celle d’hier, et, pour cela, de faire découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles cinématographies en tirant partie de l’identité éditoriale de chacune de ses chaînes.

Au-delà des enjeux de gouvernance, de maîtrise des coûts et de révolution technologique qui semblent avoir été dans un passé récent les uniques préoccupations de l’Etat en matière d’audiovisuel public, il est déterminant que les responsables politiques précisent leurs intentions en termes de financement et de stratégie, afin que la culture redevienne un pilier de l’offre du service public.

Quels sont les engagements des candidats à l’élection Présidentielle pour que la culture retrouve une place majeure sur les écrans du service public, et que le cinéma de la diversité y redevienne visible ?

Télécharger le communiqué de presse.

12 CESAR ET 4 OSCARS POUR LES DISTRIBUTEURS DU DIRE

thumb_5675_media_image_1144x724

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) félicite ses adhérents, lauréats de 12 César dont meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleur premier film, meilleur scénario, meilleurs espoirs, meilleur film étranger, et 4 Oscars, dont meilleur film et meilleur film en langue étrangère.

*   *   *

Le Palmarès DIRE :

CÉSAR 2017

Meilleur réalisateur
Xavier Dolan pour Juste la fin du monde (Diaphana)

Meilleur premier film
Divines de Houda Benyamina (Diaphana)

Meilleur film étranger
Moi, Daniel Blake de Ken Loach (Le Pacte)

Meilleur acteur
Gaspard Ulliel dans Juste la fin du monde (Diaphana)

Meilleur espoir féminin
Oulaya Amamra dans Divines (Diaphana)

Meilleur espoir masculin
Niels Schneider dans Diamant noir (Ad Vitam)

Meilleure actrice dans un second rôle
Déborah Lukumuena dans Divines (Diaphana)

Meilleur scénario original
Sólveig Anspach, Jean-Luc Gaget pour L’Effet aquatique (Le Pacte)

Meilleur montage
Xavier Dolan pour Juste la fin du monde (Diaphana)

Meilleure photo
Pascal Marti pour Frantz (Mars distribution)

Meilleur son
Marc Engels, Fred Demolder, Sylvain Réty, Jean-Paul Hurier pour L’Odyssée (Wild Bunch)

Meilleurs costumes
Anaïs Romand pour La Danseuse (Wild Bunch)

OSCARS 2017

Meilleur film
Moonlight de Barry Jenkins (Mars distribution)

Meilleur film en langue étrangère
Le Client d’Asghar Farhadi (Memento films)

Meilleur acteur dans un second rôle
Mahershala Ali pour Moonlight (Mars distribution)

Meilleure adaptation
Barry Jenkins et Tarell Alvin McCraney pour Moonlight (Mars distribution)

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE au Palmarès de la Berlinale 2017 : Le Pacte distribuera l’Ours d’or

Enyedi_Ildiko-1

Présidé par le réalisateur Paul Verhoeven, le jury de la 67e édition du Festival de Berlin a remis l’Ours d’or du meilleur film à On Body and Soul de Ildiko Enyedi acquis par Le Pacte lors de la Berlinale. En plus de l’Ours d’or, On Body and Soul a reçu le prix FIPRESCI de la critique internationale, le prix du jury oecuménique et le prix du jury des lecteurs du Berliner Morgenpost. L’Ours d’argent du meilleur réalisateur a été décerné à Aki Kaurismäki pour son film L’autre côté de l’espoir distribué par Diaphana. Le jury a récompensé du Prix du meilleur scénario le film Una Mujer Fantastica de Sebastian Lelio distribué par Ad Vitam qui a en outre obtenu la mention spéciale au prix du jury oecuménique et le Teddy Award du meilleur film.

*  *  *

Ours d’or :On Body and Soul de Ildiko Enyedi (Le Pacte)

Ours d’argent du meilleur réalisateur : Aki Kaurismäki pour L’autre côté de l’espoir (Diaphana)

Prix du meilleur scénario : Sebastián Lelio et Gonzalo Maza pour Una Mujer Fantastica de Sebastian Lelio (Ad Vitam)

Prix FIPRESCI de la critique internationale:On Body and Soul de Ildiko Enyedi (Le Pacte)

Prix du jury oecuménique :On Body and Soul de Ildiko Enyedi (Le Pacte)

Mention spéciale au prix du jury oecuménique :Una Mujer Fantastica de Sebastian Lelio (Ad Vitam)

Prix du jury des lecteurs du Berliner Morgenpost :On Body and Soul de Ildiko Enyedi (Le Pacte)

Teddy Award :Una Mujer Fantastica de Sebastian Lelio (Ad Vitam)

DIRE aux César 2017 : 28 films sélectionnés, 74 nominations

_FZ19474

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens félicite ses adhérents pour leur présence aux César 2017 : 28 films distribués par les membres du DIRE figurent dans les différentes sélections, pour un total de 74 nominations. 

Les membres du DIRE sont également très présents aux Oscars avec 11 films sélectionnés et 23 nominations.

*   *   *

Nominations aux César 2017

FRANTZ de François Ozon (Mars distribution)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure adaptation pour François Ozon, Meilleur acteur pour Pierre Niney, Meilleur espoir féminin pour Paula Beer, Meilleure photographie, pour Pascal Marti, Meilleur son pour Martin Boissau, Benoît Gargonne et Jean-Paul Hurier, Meilleurs décors pour Michel Barthélémy, Meilleurs costumes pour Pascaline Chavanne, Meilleur montage pour Laure Gardette, Meilleure musique originale pour Philippe Rombi

MA LOUTE de Bruno Dumont (Memento films)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Bruno Dumont, Meilleur acteur pour Fabrice Luchini, Meilleure actrice dans un second rôle pour Valeria Bruni Tedeschi, Meilleur espoir féminin pour Raph, Meilleurs décors pour Riton Dupire-Clément, Meilleurs costumes pour Alexandra Charles, Meilleure photographie pour Guillaume Deffontaines

DIVINES de Houda Benyamina (Diaphana)
Meilleur film, Meilleur premier film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Romain Compingt, Houda Benyamina, Malik Rumeau, Meilleure actrice dans un second rôle pour Déborah Lukumuena, Meilleur espoir féminin pour Oulaya Amamra, Meilleur montage pour Loic Lallemand et Vincent Tricon

JUSTE LA FIN DU MONDE de Xavier Dolan (Diaphana) 
Meilleur film étranger, Meilleur réalisateur, Meilleur acteur pour Gaspard Ulliel, Meilleure actrice dans un second rôle pour Nathalie Baye, Meilleur acteur dans un second rôle pour Vincent Cassel, Meilleur montage pour Xavier Dolan

LA DANSEUSE de Stéphanie Di Giusto (Wild Bunch distribution)
Meilleur premier film, Meilleure actrice pour Soko, Meilleure actrice dans un second rôle pour Mélanie Thierry, Meilleur espoir féminin pour Lily-Rose Depp, Meilleurs décors pour Carlos Conti, Meilleurs costumes pour Anaïs Romand

VICTORIA de Justine Triet (Le Pacte)
Meilleur film, Meilleur scénario original pour Justine Triet, Meilleure actrice pour Virginie Efira, Meilleur acteur dans un second rôle pour Vincent Lacoste, Meilleur acteur dans un second rôle pour Melvil Poupaud

LES INNOCENTES d’Anne Fontaine (Mars distribution) 
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Sabrina B. Karine, Alice Vial, Pascal Bonitzer et Anne Fontaine, Meilleure photographie pour Caroline Champetier

DIAMANT NOIR d’Arthur Harari (Ad Vitam)
Meilleur premier film, Meilleur espoir masculin pour Niels Schneider

LE FILS DE JEAN de Philippe Lioret (Le Pacte)
Meilleur acteur pour Pierre Deladonchamps, Meilleur acteur dans un second rôle pour Gabriel Arcand

LA FILLE DE BREST d’Emmanuelle Bercot (Haut et Court)
Meilleure adaptation pour Séverine Bosschem et Emmanuelle Bercot, Meilleure actrice pour Sidse Babett Knudsen

UNE VIE de Stéphane Brizé (Diaphana)
Meilleure actrice pour Judith Chemla, Meilleurs costumes pour Madeline Fontaine

QUAND ON A 17 ANS d’André Téchiné (Wild Bunch distribution)
Meilleur espoir masculin pour Corentin Fila, Meilleur espoir masculin pour Kacey Mottet Klein

MOI, DANIEL BLAKE de Ken Loach (Le Pacte)
Meilleur film étranger

TONI ERDMANN de Maren Ade (Haut et Court)
Meilleur film étranger

BACCALAURÉAT de Cristian Mungiu (Le Pacte)
Meilleur film étranger

LA FILLE INCONNUE de Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne (Diaphana)
Meilleur film étranger

CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD de Sophie Reine (Diaphana)
Meilleur premier film

LA TORTUE ROUGE de Michael Dudok de Wit (Wild Bunch distribution) 
Meilleur film d’animation

DERNIÈRES NOUVELLES DU COSMOS de Julie Bertuccelli (Pyramide)
Meilleur film documentaire

SWAGGER d’Olivier Babinet (Rezo films)
Meilleur film documentaire

IRRÉPROCHABLE de Sébastien Marnier (Memento films)
Meilleure actrice pour Marina Foïs

CIN DE CAMPAGNE de Thomas Lilti (Le Pacte)
Meilleur acteur pour François Cluzet

JE NE SUIS PAS UN SALAUD d’Emmanuel Finkiel (Bac films)
Meilleur acteur pour Nicolas Duvauchelle

RESTER VERTICAL d’Alain Guiraudie (Les Films du Losange)
Meilleur espoir masculin pour Damien Bonnard

L’EFFET AQUATIQUE de Solveig Anspach (Le Pacte)
Meilleur scénario original pour Solveig Anspach et Jean-Luc Gaget

RÉPARER LES VIVANTS de Katell Quillévéré (Mars distribution)
Meilleure adaptation pour Katell Quillévéré et Gilles Taurand

L’ODYSSÉE de Jérôme Salle (Wild Bunch distribution)
Meilleur son pour Marc Engels, Fred Demolder, Sylvain Réty et Jean-Paul Hurier

PLANETARIUM de Rebecca Zlotowski (Ad Vitam)
Meilleurs décors pour Katia Wyszkop

*   *   * 

Nominations aux Oscars 2017

MOONLIGHT de Barry Jenkins (Mars distribution) 
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario adapté, Meilleur actrice dans un second rôle pour Naomie Harris, Meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali, Meilleure photographie pour James Laxton, Meilleure musique, Meilleur montage pour Nate Sanders et Joi McMillon

COMANCHERIA de David Mackenzie (Wild Bunch distribution) 
Meilleur film, Meilleur scénario original, Meilleur acteur dans un second rôle pour Jeff Bridges, Meilleur montage pour Jake Roberts

JACKIE de Pablo Larrain (Bac films)
Meilleure actrice pour Natalie Portman, Meilleurs costumes pour Madeline Fontaine, Meilleure musique

LE CLIENT d’Asghar Farhadi (Memento Films)
Meilleur film en langue étrangère

TONI ERDMANN de Maren Ade (Haut et Court) 
Meilleur film en langue étrangère

LES OUBLIÉS de Martin Zandvliet (Bac films) 
Meilleur film en langue étrangère

LA TORTUE ROUGE de Michael Dudok de Wit (Wild Bunch distribution)
Meilleur film d’animation

LOVING de Jeff Nichols (Mars distribution)
Meilleure actrice pour Ruth Negga

CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross (Mars distribution)
Meilleur acteur pour Viggo Mortensen

THE LOBSTER de Yorgos Lanthimos (Haut et Court) 
Meilleur scénario original

20TH CENTURY WOMEN de Mike Mills (Mars distribution) 
Meilleur scénario original

Télécharger le communiqué de presse.

Une vie remporte le prix Louis-Delluc 2016

une-vie

Le prix Louis-Delluc 2016 a été décerné à Une vie, adaptation du roman de Guy de Maupassant par Stéphane Brizé, interprété notamment par Judith Chemla et Swann Arlaud.

Distribué par Diaphana et produit par TS Productions, Une Vie succède ainsi à Fatima de Philippe Faucon (Pyramide), couronné en 2015. Créé en 1937, le Prix Louis-Delluc, considéré comme le « Goncourt du cinéma », est attribué par un jury, présidé par Gilles Jacob et composé de critiques et personnalités.

Triomphe de Toni Erdmann à la 29ème cérémonie des European Film Awards 

tonierdmann_still_01sandrahuller_petersimonischek_dblarg

Toni Erdman de Maren Ade distribué par Haut et Court

  • Meilleur film
  • Meilleur réalisateur
  • Meilleure scénariste
  • Meilleure actrice
  • Meilleur acteur

Les Oubliés de Martin Zandvliet  distribué par Bac Films

  • Meilleur Costumes
  • Meilleur Coiffeur-Maquilleur
  • Meilleur Directeur de la photographie

Olli Mäki de Juho Kuosmanen distribué par Les Films du Losange

  • Prix de la découverte européenne

La Communauté de Thomas Vinterberg distribué par Le Pacte

  • Meilleur montage

Les distributeurs du DIRE saluent le plan d’aide au secteur de la distribution du CNC

Les distributeurs du DIRE se réjouissent de l’ampleur et de la cohérence du plan annoncé le 9 novembre par le CNC. Il témoigne d’une réaffirmation du rôle déterminant du distributeur dans la filière de création et de diffusion des oeuvres cinématographiques, et prend en compte les risques financiers intrinsèques à cette activité.

En augmentant ses soutiens à la distribution de 12%, le CNC accompagnera très significativement les distributeurs indépendants en contribuant notamment à leur donner les moyens de continuer à s’engager artistiquement et financièrement dans la recherche et la diffusion d’œuvres ambitieuses, au bénéfice de l’ensemble de la filière.

Ces 5 millions d’euros supplémentaires contribueront également à structurer et consolider le secteur de la distribution, tout en maintenant une diversité d’acteurs indispensable à la diversité des œuvres cinématographiques proposées au public.

Les distributeurs du DIRE souhaitent vivement remercier pour ce plan ambitieux Madame la Ministre de la Culture Audrey Azoulay et Madame la Présidente du CNC Frédérique Bredin ainsi que leurs équipes.

Télécharger le communiqué de presse.

Toni Erdmann lauréat du Prix Lux

photo_tonierdmann4

Déja récompensé du Prix Fipresci au dernier Festival de Cannes, le film de Maren Ade, distribué par Haut et Court, remporte le Prix Lux décerné par le Parlement européen. 

Ce prix récompense chaque année une œuvre qui illustre l’universalité des valeurs européennes, la diversité culturelle et le processus de construction continentale.

Réaction aux propositions de Canal Plus sur la Chronologie des médias

Les distributeurs du DIRE ont entendu les propositions du Groupe Canal Plus et appellent à une discussion approfondie sur tous les points en débat, en particulier le démarrage de la première fenêtre de télévision payante 6 mois après la sortie, qui les concerne au plus haut point.

Ils souhaitent une négociation et seront force de proposition pour que les distributeurs indépendants redeviennent un partenaire essentiel de Canal Plus, partenariat qu’ils ont vu se dégrader au fil des années, avec entre autres la baisse de la contribution à la distribution de films en salles et une difficulté croissante pour vendre leurs films à Canal Plus.

Les distributeurs du DIRE appellent également à la mise en place de sanctions financières réellement dissuasives pour endiguer le piratage, première cause de la perte de valeur sur l’ensemble de la chaine de diffusion des œuvres cinématographiques.

Télécharger le communiqué de presse.

Les distributeurs souhaitent le maintien de l’augmentation de la contribution à l’audiovisuel public

Les distributeurs du DIRE s’étonnent de l’adoption, par la Commission des finances de l’Assemblée nationale, d’un amendement visant à diviser par deux l’augmentation de la contribution à l’audiovisuel public prévue dans la loi de finances 2017.

Initialement de deux euros, cette augmentation serait ramenée à un euro, affaiblissant de fait les ressources dont disposeront France Télévisions et ARTE France pour mettre en œuvre les orientations stratégiques prévues dans leurs contrats d’objectifs et de moyens, notamment en matière d’investissement dans la création cinématographique et audiovisuelle.

Il est pourtant nécessaire que l’audiovisuel public dispose des moyens financiers et de la visibilité nécessaires au maintien et au développement d’une politique ambitieuse de soutien à la création et à la diffusion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles dans toute leur diversité.

Aussi, les distributeurs du DIRE souhaitent que l’examen du projet de loi de finances 2017 à l’Assemblée nationale et au Sénat permette de rétablir la contribution à l’audiovisuel public au niveau initialement prévu.

Télécharger le communiqué de presse.

Les distributeurs approuvent la taxation des plateformes de vidéo

Les distributeurs du DIRE saluent l’adoption par la Commission des finances de l’Assemblée nationale d’un amendement instaurant une taxe de 2% sur les revenus publicitaires tirés de la diffusion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles par les plateformes en ligne.

Il s’agit d’une légitime mise à contribution d’opérateurs puissants qui réalisent une importante partie de leur profit grâce à la diffusion de ces œuvres sur leurs plateformes sans participer en retour au financement de leur création.

Cet amendement déposé par les députés Karine Berger, Bruno Le Roux et Pierre-Alain Muet constitue une avancée décisive dans la mise en cohérence du dispositif global de financement de la création audiovisuelle et cinématographique française, en y intégrant notamment les opérateurs établis hors de France mettant à disposition du public français des services permettant l’accès gratuit à des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles.

Les distributeurs du DIRE soutiennent cette disposition qu’ils souhaitent voir définitivement adoptée lors de l’examen du projet de loi de finances 2017 à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Télécharger le communiqué de presse.

Un Palmarès 100% DIRE au Festival de Cannes 2016

Festival-de-Cannes-2016-retrouvez-l-integralite-du-palmaresLe syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) félicite ses adhérents pour leur présence au Palmarès de l’édition 2016 du Festival de Cannes. 100% des prix décernés par le Jury présidé par George Miller ont distingué des films distribués par des sociétés membres du DIRE. Le Jury d’Un Certain Regard a primé 4 films DIRE. À la Quinzaine des réalisateurs et à la Semaine de la critique, ce sont au total 6 prix qui ont été remis à des films DIRE, dont l’un a également reçu la Caméra d’or (meilleure première œuvre). Les distributeurs indépendants du DIRE félicitent à cette occasion les auteurs, les réalisateurs, les producteurs et tous les partenaires de ces films.
*

*   *   *

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition
*
Palme d’or :Moi, Daniel Blake de Ken Loach (Le Pacte)
Grand prix : Juste la fin du monde de Xavier Dolan (Diaphana)
Prix de la mise en scène (ex-aequo) : Cristian Mungiu pour Baccalauréat (Le Pacte)
Prix de la mise en scène (ex-aequo) : Olivier Assayas pour Personal Shopper (Les Films du Losange)
Prix du jury : American Honey d’Andrea Arnold (Diaphana)
Prix du scénario : Asghar Farhadi pour Le Client (Memento)
Prix d’interprétation féminine : Jaclyn Jose pour Ma’Rosa de Brillante Mendoza (Pyramide)
Prix d’interprétation masculine : Shahab Hosseini pour Le Client d’Asghar Farhadi (Memento)
Caméra d’or :Divines de Houda Benyamina (Diaphana)
*
Sélection officielle – Un Certain Regard
*

Prix Un Certain Regard : The Happiest Day in The Life of Olli Mäki de Juho Kuosmanen (Les Films du Losange)
Prix de la mise en scène : Captain Fantastic de Matt Ross (Mars)
Prix du scénario : Voir du pays de Delphine et Muriel Coulin (Diaphana)
Prix spécial Un Certain Regard La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit (Wild Bunch)

Quinzaine des réalisateurs

Prix SACD : L’Effet aquatique de Sólveig Anspach (Le Pacte)
Mention spéciale du prix SACD : Divines de Houda Benyamina (Diaphana)
Label Europa Cinemas : Mercenaire de Sacha Wolff (Ad Vitam)

*
Semaine de la critique

Grand Prix Nespresso : Mimosas d’Oliver Laxe (UFO Distribution)
Prix Révélation France 4 : Albüm de Mehmet Can Mertoğlu (Le Pacte)
Prix SACD : Diamond Island de Davy Chou, coécrit avec Claire Maugendre (Les Films du Losange)
 *
*   *   *
*
Prix Fipresci

Le Jury de la critique internationale a récompensé 3 films dans les différentes sélections : le prix Fipresci a distingué Toni Erdmann de Maren Ade (Haut et Court) pour la compétition officielle, Dogs de Bogdan Mirica (Bac Films) pour la section Un Certain Regard et Grave de Julia Ducournau (Wild Bunch) pour les sections parallèles.
 *
Prix du Jury œcuménique
Le Jury œcuménique a attribué son prix à Juste la fin du monde de Xavier Dolan (Diaphana), et a décerné une mention spéciale à American Honey d’Andrea Arnold (Diaphana) et Moi, Daniel Blake de Ken Loach (Le Pacte).
 *
Prix de la CST
Le jury de la CST (Commission supérieure technique de l’image et du son) a attribué le Prix Vulcain de l’artiste-technicien à Seong-Hie Ryu pour sa direction artistique du film Mademoiselle de Park Chan-Wook (Bac Films en association avec The Jokers).
 *
Cannes Soundtrack Award
Le prix Cannes Soundtrack de la meilleure musique de film originale a récompensé Cliff Martinez pour sa composition sur The Neon Demon de Nicolas Winding Refn (Le Pacte en association avec The Jokers). Ma Loute de Bruno Dumont (Memento) a été récompensé pour la meilleure musique synchronisée.
***

DIRE au Festival de Cannes 2016

30x18-def-72dpi

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) félicite ses adhérents pour leur présence au Festival de Cannes 2016 : 49 films distribués par les membres du DIRE figurent dans les sélections cannoises dont 17 films en compétition officielle. DIRE se réjouit de voir, année après année, les œuvres défendues par ses membres ainsi reconnues pour leur très grande exigence artistique par toutes les sélections cannoises.

Sélection officielle : 31 films
Compétition officielle : 17 films
Hors compétition et séances spéciales : 4 films
Un Certain Regard : 10 films
Quinzaine des réalisateurs : 10 films
Semaine de la critique : 6 films
ACID : 2 films
***

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition 
Agassi (The Handmaiden) de Park Chan-Wook, Bac Films en association avec The Jokers
American Honey de Andrea Arnold, Diaphana
Bacalaureat (Baccalauréat) de Cristian Mungiu, Le Pacte
Le Client d’Asghar Farhadi, Memento
La Fille inconnue de Jean-Pierre et Luc Dardenne, Diaphana
Juste la fin du monde de Xavier Dolan, Diaphana
The Last Face de Sean Penn, Mars
Loving de Jeff Nichols, Mars
Ma loute de Bruno Dumont, Memento
Ma’ Rosa de Brillante Mendoza, Pyramide
Moi, Daniel Blake de Ken Loach, Le Pacte
The Neon Demon de Nicolas Winding Refn, Le Pacte en association avec The Jokers
Paterson de Jim Jarmusch, Le Pacte
Personal Shopper d’Olivier Assayas, Les Films du Losange
Rester vertical d’Alain Guiraudie, Les Films du Losange
Sieranevada de Cristi Puiu, Wild Bunch
Toni Erdmann de Maren Ade, Haut et Court
*
Sélection officielle – Film d’ouverture
Café Society de Woody Allen, Mars
*
Sélection officielle – Séances de minuit
Gimme Danger de Jim Jarmusch, Le Pacte
*
*Sélection officielle – Séances spéciales
Chouf de Karim Dridi, Pyramide
Wrong Elements de Jonathan Littell, Le Pacte
*
Sélection officielle – Un Certain Regard
Eshtebak (Clash) de Mohamed Diab, Pyramide – Film d’ouverture
After the Storm de Kore-Eda Hirokazu, Le Pacte
Caini (Dogs) de Bogdan Mirică, Bac Films
Captain Fantastic de Matt Ross, Mars
La Danseuse de Stéphanie Di Giusto, Wild Bunch
Hell or high water de David Mackenzie, Wild Bunch
Hymyilevä mies (The Happiest Day in the Life of Olli Mäki) de Juho Kuosmanen, Les Films du Losange
La Tortue rouge de Michael Dudok De Wit, Wild Bunch
Voir du pays de Muriel et Delphine Coulin, Diaphana
Varoonegi de Behnam Behzadi, Diaphana
***

Quinzaine des réalisateurs

Fais de beaux rêves de Marco Bellocchio, Ad Vitam – Film d’ouverture
Divines de Uda Benyamina, Diaphana
L’Économie du couple de Joachim Lafosse,  Le Pacte
L’Effet aquatique de Sólveig Anspach, Le Pacte
Folles de joie de Paolo Virzì, Bac Films
Mercenaire de Sacha Wolff, Ad Vitam
Neruda de Pablo Larraín, Wild Bunch
Poesía sin fin (Endless Poesy) d’Alejandro Jodorowsky, Le Pacte
Raman raghav 2,0 (Psycho Raman) d’Anurag Kashyap, Happiness
Tour de France de Rachid Djaïdani, Mars
 ***

Semaine de la critique

Victoria de Justine Triet, Le Pacte – Film d’ouverture
Albüm de Mehmet Can Mertoglu, Le Pacte
Diamond Island de Davy Chou, Les Films du Losange
Grave de Julia Ducournau, Wild Bunch
Mimosas d’Oliver Laxe, UFO Distribution
Tramontane de Vatche Boulghourhian, Ad Vitam
***

ACID

Le Voyage au Groenland de Sébastien Betbeder, UFO Distribution
Willy 1er de Ludovic & Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas, UFO Distribution
*

Une moisson de César et deux Oscar pour les distributeurs du DIRE

fatima_-_filmLe syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens félicite ses adhérents, lauréats de 17 César (sur les 20 catégories) dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice, meilleur acteur, meilleur premier film…, de l’Oscar du meilleur film en langue étrangère et de l’Oscar du meilleur film documentaire.

*     *     *
.      .     .
CÉSAR 2016

Meilleur film
Fatima de Philippe Faucon (Pyramide)

Meilleur réalisateur
Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse (Le Pacte)

Meilleure actrice
Catherine Frot dans Marguerite (Memento)

Meilleur acteur
Vincent Lindon dans La Loi du marché (Diaphana)

Meilleur acteur dans un second rôle
Benoît Magimel dans La Tête haute (Wild Bunch)

Meilleur espoir féminin
Zita Hanrot dans Fatima (Pyramide)

Meilleur espoir masculin
Rod Paradot dans La Tête haute (Wild Bunch)

Meilleur premier film
Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam)

Meilleur film documentaire
Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent (Mars)

Meilleurs costumes
Pierre-Jean Larroque pour Marguerite (Memento)

Meilleurs décors
Martin Kurel pour Marguerite (Memento)

Meilleure musique originale
Warren Ellis pour Mustang (Ad Vitam)

Meilleur scénario original
Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour pour Mustang (Ad Vitam)

Meilleure photographie
Christophe Offenstein pour Valley of Love (Le Pacte)

Meilleure adaptation
Philippe Faucon pour Fatima (Pyramide)

Meilleur montage
Mathilde Van de Moortel pour Mustang (Ad Vitam)

Meilleur son
François Musyn et Gabriel Hafner pour Marguerite (Memento)

OSCAR 2016

Meilleur film en langue étrangère
Le Fils de Saul de Laszlo Nemes (Ad Vitam)

Meilleur film documentaire
Amy de Asif Kapadia (Mars)

Téléchargez le communiqué de presse

DIRE au Palmarès de la Berlinale 2016

177678.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxPrésidé par Meryl Streep, le jury de la 66e édition du Festival de Berlin a remis l’Ours d’argent du Meilleur réalisateur à Mia Hansen-Løve pour L’Avenir (Les Films du losange). Doublement récompensé, le film Hédi du cinéaste tunisien Mohamed Ben Attia (Bac films) a reçu le prix du Meilleur premier film ainsi que l’Ours d’argent du Meilleur acteur pour Majd Mastoura. Trine Dyrholm repart avec l’Ours d’argent de la Meilleure actrice pour son rôle dans La Communauté de Thomas Vinterberg (Le Pacte). En plus d’avoir reçu le prix du Jury œcuménique, Les Premiers, les derniers de Bouli Lanners (Wild Bunch) a été récompensé du Label Europa Cinemas. Enfin, le Jury Génération a décerné une mention spéciale à Jamais contente d’Émilie Deleuze, qui sera distribué par Ad Vitam.

*     *     *

Ours d’argent du Meilleur réalisateur : Mia Hansen-Løve pour L’Avenir (Les Films du losange)
Ours d’argent de la Meilleure actrice : Trine Dyrholm pour La Communauté de Thomas Vinterberg (Le Pacte)
Ours d’argent du Meilleur acteur : Majd Mastoura pour Hédi de Mohamed Ben Attia (Bac films)
Prix du Meilleur premier film : Hédi de Mohamed Ben Attia (Bac films)

Section Génération – Mention spéciale : Jamais contente d’Émilie Deleuze (Ad Vitam)
Prix du Jury œcuménique : Les Premiers, les derniers de Bouli Lanners (Wild Bunch distribution)
Label Europa Cinemas : Les Premiers, les derniers de Bouli Lanners (Wild Bunch distribution)
***

Livre blanc de la distribution indépendante

DIRE publie le Livre blanc de la distribution indépendante et pose la question de la diversité à l’heure du numérique. Le Livre blanc est à la fois un outil de référence pour mieux appréhender le rôle du distributeur, et en particulier du distributeur indépendant, au sein de la filière cinématographique et une plate-forme de réflexion sur la diversité de l’offre cinématographique à l’heure du numérique. Le Livre blanc a également pour objectif de démontrer que l’indépendance est un véritable enjeu de politique culturelle.

Télécharger le Livre blanc de la distribution indépendante (édition 2012)