Nos actions

DIRE au Palmarès des prix Lumières de la presse étrangère
100% des prix remis à des films distribués par des membres du DIRE

mustang-tt-width-1600-height-1067-lazyload-0-fill-0-crop-0-bgcolor-FFFFFFChaque année, la presse étrangère basée à Paris se réunit sous la bannière de l’Académie des Lumières pour récompenser le cinéma français. Au cours de la 21e cérémonie des Lumières, qui s’est déroulée le 8 février 2016 à Paris, ont été remis 12 prix, tous décernés à des films distribués par des sociétés membres du DIRE – à l’exception du prix du Meilleur documentaire, partagé ex-æquo avec le film de Rithy Panh, L’Image manquante (Les Acacias).

Palmarès des Prix Lumières 2016 :

Meilleur film : Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam)

Meilleur réalisateur : Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse (Le Pacte)

Meilleur scénario : Philippe Faucon pour Fatima (Pyramide)

Meilleure actrice : Catherine Frot pour Marguerite (Memento)

Meilleur acteur : Vincent Lindon pour La Loi du marché (Diaphana) et Journal d’une femme de chambre (Mars)

Révélation féminine : Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit Işcan, Tuğba Sunguroğlu et Ilayda Akdoğan pour Mustang (Ad Vitam)

Révélation masculine : Rod Paradot pour La Tête haute (Wild Bunch)

Meilleur premier film : Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam)

Meilleur film francophone : Much Loved de Nabil Ayouch (Maroc, France) (Pyramide)

Meilleure image : David Chizallet pour Mustang (Ad Vitam), Les Anarchistes (Mars) et Je suis un soldat (Le Pacte)

Meilleure musique : Grégoire Hetzel pour La Belle saison (Pyramide), Trois souvenirs de ma jeunesse (Le Pacte)

Meilleur documentaire (ex-æquo) : Le Bouton de nacre de Patricio Guzmán (Pyramide) / L’Image manquante de Rithy Panh

DIRE aux César 2016 : 26 films sélectionnés, 71 nominations

Mustang

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens félicite ses adhérents pour leur présence aux César 2016 : 26 films distribués par les membres du DIRE figurent dans les différentes sélections, comptant au total 71 nominations sur 109.

*  *  *

Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin (Le Pacte)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Arnaud Desplechin et Julie Peyr, Meilleur espoir féminin pour Lou Roy-Lecollinet, Meilleur espoir masculin pour Quentin Dolmaire, Meilleure photographie pour Irina Lubchansky, Meilleur son pour Nicolas Cantin, Sylvain Malbrant et Stéphane Thébaut, Meilleurs décors pour Toma Baqueni, Meilleurs costumes pour Nathalie Raoul, Meilleur montage pour Laurence Briaud, Meilleure musique originale pour Grégoire Hetzel

Marguerite de Xavier Giannoli (Memento films)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Xavier Giannoli, Meilleure actrice pour Catherine Frot, Meilleur acteur dans un second rôle pour Michel Fau, Meilleur acteur dans un second rôle pour André Marcon, Meilleure photographie pour Glynn Speeckaert, Meilleur son pour François Musyn et Gabriel Hafner, Meilleurs décors pour Martin Kurel, Meilleurs costumes pour Pierre-Jean Larroque, Meilleur montage pour Cyril Nakache

La Tête haute d’Emmanuelle Bercot (Wild Bunch distribution)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Emmanuelle Bercot et Marcia Romano, Meilleure actrice pour Catherine Deneuve, Meilleur espoir féminin pour Diane Rouxel, Meilleur espoir masculin pour Rod Paradot, Meilleure actrice dans un second rôle pour Sara Forestier, Meilleur acteur dans un second rôle pour Benoît Magimel

Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam)
Meilleur film, Meilleur premier film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original pour Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour, Meilleure photographie pour David Chizallet, Meilleur son pour Ibrahim Gök, Damien Guillaume et Olivier Goinard, Meilleurs costumes pour Selin Sözen, Meilleur montage pour Mathilde Van de Moortel, Meilleure musique originale pour Warren Ellis

Valley of Love de Guillaume Nicloux (Le Pacte)
Meilleure actrice pour Isabelle Huppert, Meilleur acteur pour Gérard Depardieu, Meilleure photographie pour Christophe Offenstein

Fatima de Philippe Faucon (Pyramide)
Meilleur film, Meilleure actrice pour Soria Zeroual, Meilleur espoir féminin pour Zita Hanrot, Meilleure adaptation pour Philippe Faucon

La Loi du marché de Stéphane Brizé (Diaphana)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur acteur pour Vincent Lindon

Journal d’une femme de chambre de Benoît Jacquot (Mars distribution)
Meilleure adaptation pour Hélène Zimmer et Benoît Jacquot, Meilleurs costumes pour Anaïs Romand, Meilleurs décors pour Katia Wyszkop

La Belle saison de Catherine Corsini (Pyramide)
Meilleure actrice pour Cécile de France, Meilleure actrice dans un second rôle pour Noémie Lvovsky

Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore (Diaphana)
Meilleur premier film

Le Fils de Saul de László Nemes (Ad Vitam)
Meilleur film étranger

Je suis mort mais j’ai des amis de Guillaume et Stéphane Malandrin (Happiness distribution)
Meilleur film étranger

Mia madre de Nanni Moretti (Le Pacte)
Meilleur film étranger

Taxi Téhéran de Jafar Panahi (Memento films)
Meilleur film étranger

Le Tout nouveau testament de Jaco Van Dormael (Le Pacte)
Meilleur film étranger

Much Loved de Nabil Ayouch (Pyramide)
Meilleure actrice pour Lubna Abidar

La Vie très privée de Monsieur Sim de Michel Leclerc (Mars distribution)
Meilleur acteur pour Jean-Pierre Bacri

21 Nuits avec Pattie d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu (Pyramide)
Meilleure actrice dans un second rôle pour Karin Viard

Les Bêtises de Rose et Alice Philippon (Rezo films)
Meilleur espoir féminin pour Sara Giraudeau

Les Anarchistes d’Elie Wajeman (Mars distribution)
Meilleur espoir masculin pour Swann Arlaud

À trois on y va de Jérôme Bonnell (Wild Bunch distribution)
Meilleur espoir masculin pour Félix Moati

L’Enquête de Vincent Garenq (Mars distribution)
Meilleure adaptation pour Vincent Garenq et Stéphane Cabel

Le Bouton de nacre de Patricio Guzmán (Pyramide)
Meilleur film documentaire

Cavanna, jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai de Denis et Nina Robert (Rezo films)
Meilleur film documentaire

Une jeunesse allemande de Jean-Gabriel Périot(UFO distribution)
Meilleur film documentaire

Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent (Mars distribution)
Meilleur film documentaire

Téléchargez le communiqué de presse.

Fatima remporte le prix Louis-Delluc 2015fatima-prix-louis-delluc-2015,M285695

Fatima de Philippe Faucon (Pyramide) remporte le Prix Louis-Delluc 2015, qui récompense le meilleur film français de l’année. Il succède ainsi à Sils Maria d’Olivier Assayas (Les films du Losange), couronné en 2014. Créé en 1937, le Prix Louis-Delluc, souvent considéré comme le « Goncourt du cinéma », est attribué par un jury composé d’une vingtaine de critiques et personnalités, sous la houlette de Gilles Jacob. Parmi les films nominés, on retrouvait également trois autres films distribués par des membres de DIRE : La Loi du marché de Stéphane Brizé (Diaphana), Marguerite de Xavier Giannoli (Memento) et Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin (Le Pacte).

Le Grand jeu de Nicolas Pariser (Bac films), qui sort en salles ce mercredi 16 décembre, reçoit quant à lui le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film français. Étaient également en lice pour le Prix du premier film : Bébé tigre de Cyprien Vial (Haut et Court), Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam), Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore (Diaphana) et Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador (Le Pacte). L’année dernière, le prix Louis-Delluc du premier film avait été remis aux Combattants de Thomas Cailley (Haut et Court).

Mustang couronné par le prix Lux du Parlement européen

2015-FILM-LUX-PRIZE_BANNER-WEB_WINNER_600Le Parlement européen a décerné son prix Lux au film Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Ad Vitam), a annoncé le président de l’institution Martin Schulz lors d’une session plénière à Strasbourg, le mardi 24 novembre 2015.Ce prix récompense chaque année des œuvres coproduites en Europequi traitent des valeurs et des problématiques sociales européennes.

Film germano-franco-turc et premier long-métrage de Deniz Gamze Ergüven, Mustang raconte le destin de cinq sœurs dans un village reculé de Turquie, abordant la question des mariages forcés. Martin Schulz a salué un film mettant en scène des personnages féminins « qui se battent contre les préjugés d’une société conservatrice ». Rappelons par ailleurs que Mustang représentera la France dans la course à l’Oscar 2016 du Meilleur film étranger.

Parmi les trois films finalistes, on retrouvait également Mediterranea, un film de Jonas Carpignano (Haut et Court), qui retrace l’itinéraire de deux Burkinabés qui tentent de démarrer une nouvelle vie dans le sud de l’Italie, après avoir traversé la Méditerranée. Les députés européens avaient décerné l’an dernier le prix Lux à Ida, réalisé par le polonais Pawel Pawlikowski (Memento Films).

DIRE soutient Catherine Corsini

DIRE condamne fermement au nom de la liberté de création, d’expression et de diffusion, la décision prise par le maire Front National de Camaret-sur-Aigues de faire retirer les affiches du film de Catherine Corsini La Belle saison et publie la lettre ouverte de la réalisatrice.

Lettre ouverte de Catherine Corsini à M. Philippe de Beauregard (Maire de Camaret-sur-Aigues)

« Cachez ce sein que je ne saurais voir » (Molière)

A vous en croire, Monsieur Philippe de Beauregard, on devrait rhabiller les statues de nues, mettre un voile sur les peintures de Courbet, Manet, Renoir et de tous les peintres qui ont su croquer la nudité avec réalisme. Nous devrions aussi interdire les musées à la jeunesse, fermer les salles qui montrent des corps de femmes entre elles, nus, alanguis, accouplés dans des poses suggestives. Pourtant, la nudité dans l’art est apparue dès les premiers dessins de l’époque préhistorique. La nudité féminine était là, bien avant l’apparition de la religion chrétienne, symbole de fertilité, d’érotisme, et symbole de la famille.

Ce qu’on voit dans La Belle Saison, c’est la nudité des corps, dans leur liberté, dans leur beauté et dans leur insouciance face au désir, ce sont les visages, les rires, les sourires de deux femmes qui évoquent l’appétit de la vie. Est-cela qui vous choque? Est-ce la caméra qui découvre les poils pubiens d’une actrice, en gros plan comme un tableau, qui vous trouble, ou est-ce de voir deux femmes s’aimer ?

Ce procès d’intention pourrait faire sourire, tant ni le film en salles depuis des semaines, ni l’affiche placardée dans toute la France n’ont suscité de polémique. Mais vous n’en êtes pas resté aux mots et vous avez fait retirer l’affiche de votre mairie et de votre site internet, ce qui constitue un acte autoritaire, intolérable. On se demande qui est le pervers dans l’accusation que vous portez au film. Monsieur, votre censure s’inscrit dans une lignée qu’on connaît bien, c’est celle qui, il y a quelques mois voulait faire interdire l’affiche de L’Inconnu de lac d’Alain Guiraudie, celle qui sous couvert de protéger les valeurs familiales, répand les passions tristes et la haine du corps.

Mais souvenons nous que c’est cette censure qui s’est attaquée aux poèmes de Baudelaire, pour qu’on ne l’entende jamais parler dans Lesbos de « baisers chauds comme les soleils » de « baisers qui sont comme les cascades orageux et secrets, fourmillants et profonds », des « filles aux yeux creux, de leur corps amoureuses ». « Car Lesbos entre tous m’a choisi sur la terre pour chanter le secret de ses vierges en fleurs ».

Catherine Corsini

Réaction au départ de Nathalie Coste-Cerdan

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens salue le travail accompli par Nathalie Coste-Cerdan à la direction du cinéma du groupe Canal +.
.
Depuis sa nomination en janvier 2014, Nathalie Coste-Cerdan a constamment été pour l’ensemble des professionnels du cinéma une interlocutrice experte, dont la parfaite connaissance du secteur et l’attention portée à l’ensemble de ses acteurs se sont avérées précieuses. Elle a œuvré, en lien avec Rodolphe Belmer, à la finalisation d’un accord structurant qui garantit à l’ensemble du cinéma français un cadre pour les 5 prochaines années.
.
Par les moyens financiers qu’il consacre à la création et à la diffusion des œuvres, mais aussi par la philosophie qui accompagne cet investissement, Canal + est un acteur essentiel de l’écosystème du cinéma et de l’audiovisuel français, dans sa diversité, son volume, son succès : le cinéma constitue un socle commun à toute notre industrie, fruit d’une passion et d’un engagement historiques.
.
La diversité de la création cinématographique française, son rayonnement à l’étranger, reposent sur la confiance tissée depuis plus de 30 ans entre les équipes dirigeantes successives de Canal + et les créateurs au sens large, réunis par une vision commune du 7ème art et de ses enjeux, culturels et industriels. Sans préjuger de l’engagement à venir des nouvelles équipes nous espérons que cette confiance ne sera pas ébranlée par la vague de changements entrepris et la mise à l’écart de celles et ceux qui se sont attachés à construire et à préserver ce lien précieux.
.
Canal + est l’un des piliers du cinéma – de tous les cinémas – français, le cinéma français est l’un des piliers de l’offre de Canal+. L’intérêt de tous est de continuer à travailler en commun au maintien et au développement de notre cinématographie et de sa diffusion.
.

DIRE recrute son nouveau Délégué Général

photo Hugues Quattrone

Hugues Quattrone succède à Sylvie Corréard au poste de Délégué Général du DIRE (Distributeurs Indépendants Réunis Européens) à partir du 1er septembre. Hugues Quattrone était depuis 2011 chef du service de l’exploitation au CNC (direction du cinéma). En charge des mécanismes de soutien automatiques et sélectifs, notamment le classement art & essai des cinémas, il a mis en œuvre le plan d’aide à la numérisation des salles. Il avait précédemment (2003-2011) créé et dirigé le service cinéma et audiovisuel de la Région Île-de-France.
 .

DIRE au Palmarès du Festival de Cannes 2015

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) se félicite du Palmarès de l’édition 2015 du Festival de Cannes. Cinq des sept prix décernés par le Jury présidé par Joel et Ethan Coen sont allés à des films distribués par des sociétés membres de DIRE. Le Jury d’Un Certain Regard, conduit par Isabella Rossellini, a récompensé trois films DIRE. 100 % des films primés à la Quinzaine des réalisateurs et à la Semaine de la critique sont des films distribués par les membres : au total, ce sont 7 prix qui ont été remis à des films DIRE pour les sections parallèles, dont l’un a également reçu la Caméra d’or (meilleure première œuvre). Les distributeurs indépendants de DIRE félicitent à cette occasion les réalisateurs, les producteurs et les partenaires de tous ces films.

.

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition

Grand prix : Le Fils de Saul de László Nemes, Ad Vitam
Prix de la mise en scène : Hou Hsiao-Hsien pour The Assassin, Ad Vitam
Prix du Jury : The Lobster de Yorgos Lanthimos, Haut et Court
Prix du scénario : Michel Franco pour Chronic, Wild Bunch
Prix d’interprétation masculine : Vincent Lindon dans La Loi du marché de Stéphane Brizé, Diaphana

Caméra d’or : La Tierra y la Sombra de César Acevedo, Pyramide

Sélection officielle – Un Certain Regard

Prix du Jury : Soleil de plomb de Dalibor Matanic, Bac Films
Prix Un Certain Talent : Comorea de Corneliu Porumboiu, Le Pacte
Prix de l’avenir : Nahid d’Ida Panahandeh, Memento

Quinzaine des réalisateurs

Art Cinema Award : El Abrazo de la Serpiente de Ciro Guerra, Diaphana
Prix SACD : Trois Souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin, Le Pacte
Label Europa : Mustang de Deniz Gamze Ergüven, Ad vitam

Semaine de la critique

Grand Prix Nespresso : Paulina de Santiago Mitre, Ad Vitam
Prix Révélation France 4 : La Tierra y la Sombra de César Acevedo, Pyramide
Prix SACD : La Tierra y la Sombra de César Acevedo, Pyramide
Aide Fondation Gan à la diffusion : Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore, Diaphana

D’autre part, les Prix Fipresci de la presse internationale ont sacré Le Fils de Saul de László Nemes (Ad Vitam) pour la Compétition officielle et Paulina de Santiago Mitre (Ad Vitam) pour les sections parallèles. Le Prix du Jury œcuménique a été décerné à Mia Madre de Nanni Moretti (Le Pacte). Une mention spéciale a été attribuée à La Loi du marché de Stéphane Brizé (Diaphana) par ce même Jury. En outre, le Jury de la Queer Palm a remis une mention spéciale à The Lobster de Yorgos Lanthimos (Haut et Court), et le Jury de la CST a décerné le Prix Vulcain de l’artiste-technicien à Tamas Zanyi, ingénieur du son, pour sa contribution au film Le Fils de Saul. Le Fils de Saul a également reçu le Prix François Chalais, qui met à l’honneur un film voué aux valeurs du journalisme. Décerné par l’association nationale des cheminots cinéphiles, le Grand Rail d’or a récompensé La Tierra y la Sombra de César Acevedo (Pyramide) dans le cadre de la Semaine de la critique. Enfin, le Cannes Soundtrack Award de la meilleure musique originale pour un film de la Compétition a été attribué au compositeur Lim Giong pour The Assassin de Hou Hsiao-Hsien (Ad Vitam).

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE au Festival de Cannes 2015 : 39 films sélectionnés

Exe_30x18_FDC15_72dpi

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) se félicite de la présence importante de ses adhérents à Cannes : entre le Festival, la Quinzaine des réalisateurs, la Semaine de la critique et l’ACID, ce sont 39 films distribués par les membres de DIRE qui ont été sélectionnés : 27 films figurent dans la sélection du Festival de Cannes (dont 12 films en compétition officielle et 8 films à Un Certain Regard), 5 sont à la Quinzaine des réalisateurs, 6 à la Semaine de la critique et 1 à l’ACID. DIRE se réjouit de voir, année après année, les œuvres défendues par ses membres ainsi reconnues pour leur très grande exigence artistique par les sélections cannoises.

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition
La Loi du marché de Stéphane Brizé, Diaphana
Marguerite et Julien de Valérie Donzelli, Wild Bunch
Chronic de Michel Franco, Wild Bunch
Le Conte des contes de Matteo Garrone, Le Pacte
The Assassin de Hou Hsiao-hsien, Ad Vitam
Mountains May Depart de Jia Zhang-ke, Ad Vitam
Notre Petite sœur de Hirokazu Kore-Eda, Le Pacte
The Lobster de Yorgos Lanthimos, Haut et Court
Mia Madre de Nanni Moretti, Le Pacte
Le Fils de Saul de Laszlo Nemes, Ad Vitam
Valley of love de Guillaume Nicloux, Le Pacte
Plus fort que les bombes de Joachim Trier, Memento

Sélection officielle – Hors compétition
La Tête haute d’Emmanuelle Bercot, Wild Bunch – Ouverture
Un homme irrationnel de Woody Allen, Mars

Sélection officielle – Un Certain Regard
AN de Naomi Kawase, Haut et Court – Ouverture
Je suis un soldat de Laurent Larivière, Le Pacte
Soleil de plomb de Dalibor Matanic, Bac Films
Nahid d’Ida Panahandeh, Memento
Comorea de Corneliu Porumboiu, Le Pacte
Cemetery of Splendour d’Apichatpong Weerasethakul, Pyramide
Maryland d’Alice Winocour, Mars
Lamb de Yared Zeleke, Haut et Court

Sélection officielle – Séances de minuit
Amy d’Asif Kapadia, Mars
Love de Gaspar Noé, Wild Bunch

Sélection officielle – Séances spéciales
Une histoire de fou de Robert Guédiguian, Diaphana
Amnesia de Barbet Schroeder, Les Films du Losange

Cannes Classics
More de Barbet Schroeder, Les Films du Losange
o

Quinzaine des réalisateurs

Trois Souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin, Le Pacte
Mustang de Deniz Gamze Ergüven, Ad vitam
Fatima de Philippe Faucon, Pyramide
Le Tout nouveau testament de Jaco Van Dormael, Le Pacte
Mes Chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao, Diaphana
o

Semaine de la critique

Les Anarchistes d’Elie Wajeman, Mars – Ouverture
La Tierra y la Sombra de César Augusto Acevedo, Pyramide
Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore, Diaphana
Les Deux amis de Louis Garrel, Ad Vitam – Séance spéciale
Paulina de Santiago Mitre, Ad Vitam
Dégradé de Tarzan et Arab Nasser, Le Pacte
o

ACID

La Vanité de Lionel Baier, Happiness distribution

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE salue la mobilisation des cinéastes européens en faveur du droit d’auteur

Le syndicat DIRE salue la mobilisation des cinéastes européens en faveur du droit d’auteur. Une délégation de plusieurs cinéastes européens composée de Costa-Gavras, Lucas Belvaux, Peter Webber et Darius Jablonski a rencontré hier à Bruxelles des parlementaires européens et la presse pour défendre le droit d’auteur. En effet, la Commission européenne a inscrit parmi ses priorités la réforme du droit d’auteur à l’échelle européenne qui, dans les propositions actuelles, remettrait profondément en cause certains principes fondamentaux d’un droit sur lequel est construit en grande partie le financement de l’industrie cinématographique.

Le rapport rendu par Madame Reda, parlementaire élue du parti Pirate, qui doit être examiné au début du mois de mai, remet en particulier en cause le principe de territorialité, qui constitue l’un des fondements du préfinancement des œuvres. La disparition de ce principe donnerait un avantage fort aux opérateurs de taille mondiale au détriment des acteurs européens opérant à l’échelle d’un ou plusieurs pays européens. Une telle évolution mettrait en danger tout un tissu industriel et par voie de conséquence la diversité de l’offre cinématographique, la production de films ancrés dans des spécificités locales et qui pour une part d’entre eux ont un destin international.

Les distributeurs indépendants sont des acteurs essentiels de la vitalité du cinéma européen. Ils participent pour une part importante à son financement et à sa circulation. Le syndicat DIRE restera donc très vigilant face aux attaques de la Commission contre le droit d’auteur.

Télécharger le communiqué de presse.

Oscars 2015 : 6 prix remportés par des films DIRE

watch-oscars-online

La 87ème cérémonie des Oscars a rendu son verdict ce dimanche 22 février. Six récompenses ont été remises à des films distribués par les sociétés membres de DIRE – dont Whiplash de Damien Chazelle (Ad Vitam), qui est reparti avec trois Oscars. DIRE se réjouit de la présence de ses adhérents au Palmarès de la prestigieuse cérémonie :

Oscar du meilleur documentaire : Citizenfour de Laura Poitras (Haut et Court)

Oscar du meilleur montage : Whiplash de Damien Chazelle (Ad Vitam)

Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle : Patricia Arquette dans Boyhood, de Richard Linklater (Diaphana)

Oscar du meilleur acteur dans un second rôle : J.K. Simmons dans Whiplash (Ad Vitam)

Oscar du meilleur film étranger : Ida de Pavel Pawlikowski (Memento)

Oscar du meilleur mixage sonore : Whiplash (Ad Vitam)

DIRE salue le Palmarès de la 40ème cérémonie des César

GI_150220_m89kf_aetd-timbuktu-cesar_sn1250

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens se félicite du Palmarès de la 40ème cérémonie des César, marquée par le triomphe de Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, qui a reçu sept César (sur huit nominations) – dont celui du meilleur film et de la meilleure réalisation. L’Académie des arts et techniques du cinéma a également couronné Les Combattants de Thomas Cailley, lui attribuant le César du meilleur premier film et distinguant ses deux acteurs principaux, Adèle Haenel et Kevin Azaïs. D’autre part, les prestations de Reda Kateb, Kristen Stewart et Louane Emera ont été récompensées. L’Académie des César a sacré Le Sel de la Terre meilleur film documentaire et Minuscule meilleur film d’animation. Enfin, Mommy de Xavier Dolan a été désigné meilleur film étranger.
Au total, ce sont 16 récompenses sur 22 qui ont été remportées par des films distribués par nos membres. Les distributeurs indépendants de DIRE se réjouissent de ce Palmarès et félicitent à cette occasion les producteurs et les partenaires de tous ces films.

Timbuktu de Abderrahmane Sissako
(produit par Les films du Worso, distribué par Le Pacte)
Meilleur film
Meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako
Meilleur scénario original pour Abderrahmane Sissako et Kessen Tall
Meilleure photographie pour Sofian El Fani
Meilleur montage pour Nadia Ben Rachid
Meilleur son pour Philippe Welsh, Roman Dymny et Thierry Delor
Meilleure musique originale pour Amine Bouhafa

Les Combattants de Thomas Cailley
(produit par Nord-Ouest, distribué par Haut et Court distribution)
Meilleur premier film Meilleure actrice pour Adèle Haenel
Meilleur espoir masculin pour Kevin Azaïs

Hippocrate de Thomas Lilti
(produit par 31 Juin, distribué par Le Pacte)
Meilleur acteur dans un second rôle pour Reda Kateb

Sils Maria de Olivier Assayas
(produit par CG Cinéma, distribué par Les films du Losange)
Meilleure actrice dans un second rôle pour Kristen Stewart

La Famille Bélier de Eric Lartigau
(produit par Jerico et Mars, distribué par Mars)
Meilleur espoir féminin pour Louane Emera

Mommy de Xavier Dolan
(produit par Metafilms, distribué par Diaphana)
Meilleur film étranger

Le Sel de la Terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado
(produit par Decia, distribué par Le Pacte)
Meilleur film documentaire

Minuscule, la vallée des fourmis perdues de Hélène Giraud et Thomas Szabo
(produit par Futurikon, distribué par Le Pacte)
Meilleur film d’animation

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE au Palmarès de la Berlinale 2015

Palmarès Berlin 2015

Le palmarès de la 65ème édition du Festival international du film de Berlin a été dévoilé ce samedi 14 février. DIRE se réjouit du succès de ses membres, dont Memento qui remporte l’Ours d’or du meilleur film avec le long métrage iranien Taxi de Jafar Panahi. Dans ce drame, le cinéaste, interdit de réaliser des films dans son pays et de voyager à l’étranger, conduit lui-même un taxi à Téhéran et filme la capitale iranienne. Acquis par le distributeur pendant le festival, Taxi a également obtenu le prestigieux Prix FIPRESCI de la critique internationale.

Le Jury, présidé par le cinéaste Darren Aronofsky, a remis l’Ours d’argent (Grand Prix du Jury) à El Club du chilien Pablo Larraín, qui a été acheté par Wild Bunch au cours du festival. Charlotte Rampling et Tom Courtenay ont tous deux été primés pour leur interprétation dans 45 Years de Andrew Haigh, acquis par Ad Vitam. Enfin, le Prix du meilleur scénario est allé à Patricio Guzman pour El Boton de nacar (une coproduction française qu’a soutenu et que distribuera Pyramide), qui a aussi reçu le Prix du Jury œcuménique.

Palmarès des films DIRE à Berlin :

Ours d’or : Taxi, Jafar Panahi (Memento)

Ours d’argent – Grand Prix du Jury : El Club, Pablo Larraín (Wild Bunch)

Ours d’argent de la meilleure actrice : Charlotte Rampling pour 45 Years, Andrew Haigh (Ad Vitam)

Ours d’argent du meilleur acteur : Tom Courtenay pour 45 Years, Andrew Haigh (Ad Vitam)

Ours d’argent du meilleur scénario : Patricio Guzman pour El Boton de nacar (Pyramide)

Prix FIPRESCI (Prix de la presse internationale) : Taxi, Jafar Panahi (Memento)

Prix du Jury œcuménique : El Boton de nacar, Patricio Guzman (Pyramide)

Prix du public & Prix des salles art et essai (section Panorama) : The Second Mother, Anna Muylaert (Memento)

DIRE aux César 2015 : 27 films sélectionnés, 70 nominations !

Fanny 118,5x174.indd

DIRE se félicite de la présence importante de ses adhérents aux César 2015 : 27 films distribués par les membres de DIRE figurent dans les différentes sélections, comptant au total 70 nominations. La 40ème cérémonie de remise des César se tiendra le vendredi 20 février 2015.

Ad Vitam

QU’ALLAH BÉNISSE LA FRANCE de Abd Al Malik
Meilleur premier film, Meilleur espoir masculin

Diaphana

PAS SON GENRE de Lucas Belvaux
Meilleure actrice, Meilleure Adaptation

DEUX JOURS, UNE NUIT de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Meilleure actrice, Meilleur film étranger

UN BEAU DIMANCHE de Nicole Garcia
Meilleur Espoir Masculin

BIRD PEOPLE de Pascale Ferran
Meilleure Musique, Meilleur Son

BOYHOOD de Richard Linklater
Meilleur film étranger

MOMMY de Xavier Dolan
Meilleur film étranger

Haut et Court

LES COMBATTANTS de Thomas Cailley
Meilleur film, Meilleur premier film, Meilleur réalisateur, Meilleure actrice, Meilleur espoir masculin, Meilleur musique originale, Meilleur scénario original, Meilleur montage, Meilleur son

LE CHANT DE LA MER de Tomm Moore
Meilleur film d’animation

Le Pacte

TIMBUKTU de Abderrahmane Sissako
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure photographie, Meilleur montage, Meilleur son, Meilleur scénario original, Meilleure musique, Meilleurs décors

HIPPOCRATE de Thomas Lilti
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur acteur, Meilleure actrice dans un second rôle, Meilleur acteur dans un second rôle, Meilleur montage, Meilleur scénario original

LULU FEMME NUE de Sólveig Anspach
Meilleure actrice dans un second rôle, Meilleure adaptation

MINUSCULE, LA VALLEE DES FOURMIS PERDUES de Thomas Szabo et Hélène Giraud
Meilleur film d’animation

LE SEL DE LA TERRE de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado
Meilleur film documentaire

Les Films du losange

SILS MARIA de Olivier Assayas
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original, Meilleure actrice, Meilleure actrice dans un second rôle, Meilleure photographie

Mars distribution

LA FAMILLE BÉLIER de Eric Lartigau
Meilleur film, Meilleur acteur, Meilleure actrice, Meilleur acteur dans un second rôle, Meilleur espoir féminin, Meilleur scénario original

LA PROCHAINE FOIS JE VISERAI LE CŒUR de Cédric Anger
Meilleur acteur, Meilleure adaptation

UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon
Meilleur acteur, Meilleurs costumes

12 YEARS A SLAVE de Steve McQueen
Meilleur film étranger

Memento

IDA de Pawel Pawlikowski
Meilleur film étranger

WINTER SLEEP de Nuri Bilge Ceylan
Meilleur film étranger

Pyramide

BANDE DE FILLES de Céline Sciamma
Meilleur réalisateur, Meilleur espoir féminin, Meilleure musique, Meilleur son

PARTY GIRL de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
Meilleur premier film, Meilleur montage

FIDELIO, L’ODYSSÉE D’ALICE de Lucie Borleteau
Meilleur premier film, Meilleur espoir féminin

LA COUR DE BABEL de Julie Bertuccelli
Meilleur documentaire

UFO Distribution

INUPILUK de Sébastien Betbeder
Meilleur film de court métrage

Wild Bunch

DANS LA COUR de Pierre Salvadori
Meilleure actrice

PRIX LOUIS-DELLUC 2014

1196789_Clouds of Sils Maria

Sils Maria d’Olivier Assayas (Les films du Losange) remporte le Prix Louis-Delluc, qui récompense le meilleur film français de l’année. Il succède ainsi à La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche (Wild Bunch). Parmi les 8 films nominés pour le Prix, on retrouvait 4 autres films distribués par les membres de DIRE : Adieu au langage de Jean-Luc Godard (Wild Bunch), Bird People de Pascale Ferran (Diaphana), Timbuktu de Abderrahmane Sissako (Le Pacte) et Trois cœurs de Benoît Jacquot (Wild Bunch).

Les Combattants de Thomas Cailley (Haut et Court) reçoit quant à lui le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film français. Étaient également en lice pour le Prix du premier film : Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis (Pyramide) et Tonnerre de Guillaume Brac (Wild Bunch).

ÉCONOMIE DU CINÉMA : BRAVO POUR CES RÉFORMES !

Au lendemain du vote par l’Assemblée Nationale de la réforme du crédit d’impôt et de l’annonce par le CNC des premières mesures pour corriger certaines dérives de l’économie du cinéma, nous remercions les députés, le gouvernement, et saluons la ténacité de la Présidente du CNC, Frédérique Bredin, et de toutes ses équipes.

En effet,  chacun a su mesurer les enjeux actuels de notre secteur : les décisions politiques qui ont été prises vont pouvoir, dès demain, rendre sa vertu au système si pertinent du cinéma français.

L’évolution du crédit d’impôt, les mesures d’amélioration de la transparence, ou encore les mesures anti-inflation des coûts des films sont, parmi d’autres encore, autant d’évolutions de notre dispositif au service de la diversité des films et de l’efficacité économique d’un secteur fortement générateur d’emplois.

L’ensemble de ces mesures que la profession a su accepter collectivement, sans oublier celles que nous devrons encore mettre en place demain, vont permettre de redonner du souffle à notre cinéma.

Eric ALTMAYER, Producteur
Julie BERTUCCELLI, Cinéaste
Brahim CHIOUA, Distributeur et Producteur
Dante DESARTHE, Cinéaste
Costa GAVRAS, Cinéaste
Michel HAZANAVICIUS, Cinéaste
Jean LABADIE, Distributeur et Producteur
Eric LAGESSE, Distributeur
Marie MASMONTEIL, Productrice
Marc MISSONNIER, Producteur
Christophe ROSSIGNON, Producteur
Christophe RUGGIA, Cinéaste
Gilles SACUTO, Producteur
Jean-Paul SALOMÉ, Cinéaste
Pierre SALVADORI, Cinéaste
Céline SCIAMMA, Cinéaste
Carole SCOTTA, Distributrice et Productrice
Anne-Dominique TOUSSAINT, Productrice

Télécharger le communiqué de presse.

DIRE AU PALMARÈS DU FESTIVAL DE CANNES 2014
100 % des films primés à Cannes distribués par des sociétés membres de DIRE

thumb.php

Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens se félicite du Palmarès de l’édition 2014 du Festival de Cannes. Les sept prix décernés par le Jury présidé par Jane Campion sont allés à des films distribués par des sociétés membres de DIRE – dont la Palme d’or. Le Jury d’Un Certain Regard présidé par Pablo Trapero a récompensé quatre films distribués par les membres de DIRE, l’un d’entre eux ayant également reçu le prix de la Caméra d’or (meilleure première oeuvre). Par ailleurs, un premier film distribué par un membre de DIRE s’est distingué lors de la clôture de la Quinzaine des réalisateurs en remportant les trois récompenses de la soirée ; quant à la Semaine de la critique, deux films DIRE y ont été récompensés – dont l’un est reparti avec trois prix. Les distributeurs indépendants de DIRE félicitent à cette occasion les producteurs et les partenaires de tous ces films.

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition

Palme d’or : Winter Sleep (Kis Uykusu) de Nuri Bilge Ceylan, Memento

Grand prix : Les Merveilles (Le Meraviglie) de Alice Rohrwacher, Ad Vitam

Prix de la mise en scène : Foxcatcher de Bennett Miller, Mars

Prix du jury : Mommy de Xavier Dolan, Diaphana  &  Adieu au langage de Jean-Luc Godard, Wild Bunch (ex-æquo)

Prix du scénario : Andreï Zviaguintsev et Oleg Negin pour Léviathan de Andreï Zviaguintsev, Pyramide

Prix d’interprétation féminine : Julianne Moore dans Maps to the Stars de David Cronenberg, Le Pacte

Prix d’interprétation masculine : Timothy Spall dans Mr. Turner de Mike Leigh, Diaphana

Caméra d’or : Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, Pyramide

Sélection officielle – Un Certain Regard

Prix Un Certain Regard : Feher Isten (White God) de Kornél Mundruczó, Pyramide

Prix du Jury : Turist de Ruben Östlund, Bac films en association avec Distrib films

Prix Spécial du Certain Regard : Le Sel de la Terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado, Le Pacte

Prix d’ensemble : Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, Pyramide

Quinzaine des réalisateurs

Label Europa Cinema, Prix SACD, Art Cinema Award : Les Combattants de Thomas Cailley, Haut et Court Distribution

Semaine de la critique

Grand Prix Nespresso, Prix Révélation France 4, Aide Fondation Gan pour la diffusion : The Tribe de Myroslav Slaboshpytskiy, UFO Distribution

Prix SACD : Hope de Boris Lojkine, Pyramide

Par ailleurs, les Prix Fipresci de la presse internationale ont été remis à Winter Sleep (Kis Uykusu) de Nuri Bilge Ceylan (Memento) pour la Compétition officielle, à Jauja de Lisandro Alonso (Le Pacte) pour Un Certain Regard, et aux Combattants de Thomas Cailley (Haut et Court Distribution) pour les sections parallèles. Enfin, le Prix du Jury œcuménique a été décerné à Timbuktu d’Abderrahmane Sissako (Le Pacte).

Lire notre communiqué de presse.

DIRE au Festival de Cannes 2014

Signatures pour site et presse rectangle.inddDIRE se félicite de la présence importante de ses adhérents à Cannes : entre le Festival, la Quinzaine des réalisateurs, la Semaine de la critique et l’Acid, ce sont 35 films distribués par les membres de DIRE qui ont été sélectionnés : 23 films figurent dans la sélection du Festival de Cannes (dont 13 films en compétition officielle et 8 films à Un Certain Regard), 6 sont à la Quinzaine des réalisateurs, 4 à la Semaine de la critique et 2 à l’ACID. DIRE se réjouit de voir, année après année, les œuvres défendues par ses membres ainsi reconnues pour leur très grande exigence artistique par les sélections cannoises.

Festival de Cannes

Sélection officielle – Compétition

Sils Maria d’Olivier Assayas, Les Films du Losange

Sommeil d’hiver (Kis Uykusu) de Nuri Bilge Ceylan, Memento

Maps to the Stars de David Cronenberg, Le Pacte

Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne, Diaphana

Mommy de Xavier Dolan, Diaphana

Adieu au langage de Jean-Luc Godard, Wild Bunch

Still The Water (Futatsume no mado) de Naomi Kawase, Haut et Court Distribution

Mr. Turner de Mike Leigh, Diaphana

Jimmy’s Hall de Ken Loach, Le Pacte

Foxcatcher de Bennett Miller, Mars

Le Meraviglie de Alice Rohrwacher, Ad Vitam

Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, Le Pacte

Léviathan de Andreï Zviaguintsev, Pyramide

Sélection officielle – Un Certain Regard

Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, Pyramide – Ouverture

Jauja de Lisandro Alonso, Le Pacte

Bird People de Pascale Ferran, Diaphana

Lost River de Ryan Gosling, The Jokers en association avec Le Pacte

Snow in Paradise d’Andrew Hulme, The Jokers en association avec Le Pacte

Xenia de Panos H. Koutras, Pyramide

Run de Philippe Lacôte, Bac films

Le Sel de la Terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado, Le Pacte

Sélection officielle – Séance spéciale

Les Ponts de Sarajevo de Aida Begic, Leonardo Di Costanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild Le Besco, Sergei Loznitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perisic, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde, Rezo films

Sélection officielle – Célébration des 70 ans du journal Le Monde

Les Gens du Monde d’Yves Jeuland, Rezo films

 

Quinzaine des réalisateurs

Bande de filles de Céline Sciamma, Pyramide – Ouverture

Queen and Country de John Boorman, Le Pacte

Les Combattants de Thomas Cailley, Haut et Court Distribution

Whiplash de Damien Chazelle, Ad Vitam

Cold in July (Juillet de sang) de Jim Mickle, The Jokers en association avec Le Pacte

Gett, le procès de Viviane Amsalem de Ronit et Shlomi Elkabetz, Les Films du Losange

 

Semaine de la critique

Hippocrate de Thomas Lilti, Le Pacte – Clôture

Hope de Boris Lojkine, Pyramide

Gente de bien de Franco Lolli, Ad Vitam

L’Institutrice (Haganenet) de Nadav Lapid, Haut et Court Distribution – Séance spéciale

 

ACID

Les Règles du jeu de Claudine Bories et Patrice Chagnard, Happiness

Qui vive de Marianne Tardieu, Rezo films

Voir le communiqué de presse.

DIRE salue la nomination d’Aurélie Filippetti au poste de Ministre de la Culture alors que de nombreux chantiers dans le secteur du cinéma sont engagés

Les sociétés de distribution membres du syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens saluent la nomination d’Aurélie Filippetti et se réjouissent du choix de la continuité alors que de nombreux chantiers sont engagés.

DIRE souhaite à cette occasion rappeler que le rapport Bonnell remis à Madame Aurélie Filippetti au début de l’année a permis de faire un diagnostic fin et étayé des problématiques de rentabilité auxquelles est confronté le secteur dans son ensemble et celui de la distribution en particulier. Ce diagnostic vient d’être repris par le rapport de la Cour des Comptes sur « Les soutiens à la production cinématographique et audiovisuelle : des changements nécessaires » rendu public aujourd’hui.

Le syndicat DIRE souhaite que la continuité gouvernementale pour le secteur de la culture permette d’avancer rapidement dans la mise en œuvre de réformes proposées par ces deux derniers rapports afin de préserver le modèle fondé sur la diversité de l’offre dans l’ensemble des territoires. En particulier, toutes les questions posées par la transition numérique pour la diffusion des films dans la salle doivent faire l’objet de propositions concrètes d’évolution de la régulation actuelle au risque de renforcer des déséquilibres déjà à l’œuvre entre les films d’une part et entre les segments de la filière cinématographique au détriment des ayant droits d’autre part.

Enfin, il est urgent que la politique gouvernementale sur le piratage prenne enfin un tournant à la hauteur des dangers que crée son augmentation continuelle, se traduisant par une baisse vertigineuse de la vente de DVD et une croissance beaucoup plus faible que chez nos voisins européens de la vidéo à la demande.

Voir le communiqué de presse.

DIRE au Palmarès de la Berlinale

Logo-Berlinale-2014Le palmarès de la 64ème édition du Festival du film de Berlin met en avant le cinéma chinois, japonais, mais aussi français. DIRE se réjouit du succès de ses membres, dont Memento films qui remporte 4 prix – dont l’Ours d’or et deux Ours d’argent. Acquis par Memento en début de festival, le polar Black Coal, Thin Ice du chinois Diao Yinan a obtenu l’Ours d’or du meilleur film. Il a fait coup double en raflant aussi l’Ours d’argent du meilleur acteur pour Liao Fan. Black Coal, Thin Ice suit un ex-policier chinois qui enquête sur un serial killer dont toutes les victimes sont liées à une mystérieuse jeune femme dont il tombe amoureux. Chemin de croix (Kreuzweg) de Dietrich Brüggemann, aussi acquis par Memento, a remporté l’Ours d’argent du meilleur scénario et le Prix du Jury Œcuménique.

Pyramide a également acheté deux films pendant le festival, tous deux primés : le film japonais The Little House, de Yoji Yamada, présenté en compétition officielle, a reçu le Prix d’interprétation féminine ; et le film brésilien The Way He Looks, de Daniel Ribeiro, présenté au Panorama, a reçu le Teddy Award et le prix Fipresci de la critique internationale.

Aimer, boire et chanter, le nouveau film d’Alain Resnais (Le Pacte), remporte quant à lui le Prix Alfred-Bauer et le prestigieux Prix de la critique internationale (Fipresci).

DIRE aux César 2014 : 22 films sélectionnés, 68 nominations !

cesar-2014-la-liste-integrale-des-nominations,M139479

DIRE se félicite de la présence importante de ses adhérents aux César 2014 : 22 films distribués par les membres de DIRE figurent dans les différentes sélections, comptant au total près de 70 nominations. La 39ème cérémonie des César se tiendra le 28 février 2014.

 

Ad Vitam

UN CHÂTEAU EN ITALIE
Meilleur actrice dans un second rôle

GRAND CENTRAL
Meilleur acteur dans un second rôle

Diaphana

LOULOU L’INCROYABLE SECRET
Meilleur film d’animation

Haut et Court

COMMENT J’AI DÉTESTÉ LES MATHS
Meilleur film documentaire

Le Pacte

JIMMY P. (PSYCHOTHÉRAPIE D’UN INDIEN DES PLAINES)
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure adaptation

LES BEAUX JOURS
Meilleure actrice, Meilleur acteur dans un second rôle

LA RELIGIEUSE
Meilleur espoir féminin

SYNGUÉ SABOUR – PIERRE DE PATIENCE
Meilleur espoir féminin

LE DERNIER DES INJUSTES
Meilleur film documentaire

Les Films du losange

L’INCONNU DU LAC
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur espoir masculin, Meilleur acteur dans un second rôle, Meilleur scénario original, Meilleure photo, Meilleur montage, Meilleur son

MICHAEL KOHLHAAS
Meilleur acteur, Meilleurs costumes, Meilleurs décors, Meilleure photo, Meilleur son, Meilleure musique originale

LA MAISON DE LA RADIO
Meilleur film documentaire

Mars distribution

BLUE JASMINE
Meilleur film étranger

JEUNE & JOLIE
Meilleur espoir féminin, Meilleur actrice dans un second rôle

LA VÉNUS À LA FOURRURE
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure actrice, Meilleur acteur, Meilleure musique originale, Meilleure adaptation, Meilleur son

RENOIR
Meilleur acteur, Meilleurs costumes, Meilleurs décors, Meilleure photo

SUZANNE
Meilleur actrice, Meilleur actrice dans un second rôle, Meilleur acteur dans un second rôle, Meilleur espoir masculin, Meilleur scénario original

Memento

LE PASSÉ
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original, Meilleure actrice, Meilleur montage

Rezo

BLANCANIEVES
Meilleur film étranger

Wild Bunch

LA VIE D’ADÈLE
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure actrice, Meilleur espoir féminin, Meilleure adaptation, Meilleure photographie, Meilleur montage et Meilleur son

9 MOIS FERME
Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur acteur, Meilleure actrice, Meilleur scénario original et Meilleur montage

ELLE S’EN VA
Meilleure actrice, Meilleur espoir masculin

DIRE salue le rapport de René Bonnell sur Le Financement de la production et de la distribution cinématographiques à l’heure du numérique

DIRE salue le rapport de René Bonnell sur Le Financement de la production et de la distribution cinématographiques à l’heure du numérique remis dans le cadre des Assises pour la diversité du cinéma français initiées par la Ministre de la Culture, et appelle à l’ouverture d’une concertation élargie aux relations avec l’exploitation.

Le syndicat DIRE se félicite de la qualité du rapport de René Bonnell et de l’étude sur la rentabilité des films produite par le CNC. Le secteur dispose désormais d’une photographie des équilibres économiques actuels, intégrant les grandes évolutions auxquelles il est confronté depuis une dizaine d’années. Ce travail d’objectivation est en soi une avancée importante pour mener la concertation à venir, au moment où l’accélération de ces évolutions menace l’avenir de la création cinématographique.
DIRE salue notamment l’analyse des difficultés spécifiques de la distribution, et en particulier de la distribution indépendante : une exposition inégale des films participant à favoriser la concentration sur un nombre restreint de titres, le développement de la multiprogrammation et de la multidiffusion, des coûts de distribution en forte hausse et un risque financier de plus en plus élevé. Le rapport Bonnell conforte et amplifie ainsi les conclusions de précédents rapports portant sur la distribution, en particulier ceux de Daniel Goudineau (2000) et de Michel Gomez (2011). Aujourd’hui, sans une action forte et rapide pour structurer et conforter ce secteur, c’est un pan entier de cette filière, contribuant de manière décisive à la diversité de l’offre, qui pourrait être condamné.
Pour mener à bien cette refondation, la Ministre a exprimé la volonté que la relation entre les ayant-droits et l’exploitation, bouleversée par le passage des salles au numérique, soit pleinement prise en compte dans les discussions qui vont à présent s’ouvrir sous l’égide du CNC. DIRE se réjouit de l’élargissement du périmètre de cette concertation, et rappelle que la lutte contre le piratage est un préalable à toute intervention publique dans le secteur.

Le Prix Louis-Delluc 2013 décerné à La Vie d’Adèle

laviedadele07-2Le Prix Louis-Delluc 2013, qui récompense le meilleur film français de l’année, a été attribué, mardi 17 décembre, à La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche (Wild Bunch distribution). Le film avait permis à son réalisateur et ses deux actrices principales, Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, de se voir attribuer la Palme d’or du Festival de Cannes, en mai dernier. Le Prix Louis-Delluc du premier film a été décerné à Hélier Cisterne pour Vandal (Pyramide distribution). D’autre part, La Vie d’Adèle et Le Passé (Memento films) sont nommés dans la catégorie Meilleur film étranger pour les Golden Globes 2014, dont la sélection vient d’être dévoilée.

DIRE se réjouit de la décision de justice qui marque un tournant historique dans la lutte contre le piratage

Vendredi 28 novembre le Tribunal de Grande Instance de Paris a ordonné aux fournisseurs d’accès et aux moteurs de recherche de prendre les mesures pour bloquer les sites illégaux proposant des œuvres cinématographiques et audiovisuelles sur le territoire français. Les distributeurs indépendants se félicitent de cette avancée historique alors même que le piratage ne cesse de croître, mettant en danger toute la filière cinématographique et audiovisuelle. Ils saluent l’action concertée des organisations professionnelles et instances qui ont mené ce combat vital pour l’avenir de la création.
Ils rappellent à cette occasion au Gouvernement l’importance d’une volonté politique forte et constante dans la lutte contre le piratage. Ils déplorent que les préconisations du rapport Lescure n’aient pas encore été mises en œuvre. Ils seront vigilants à ce que le projet de loi portant sur les enjeux numériques programmé pour 2014 organise la modernisation et le renforcement des dispositions de lutte contre le piratage.

Entre piratage et ouverture possible de la publicité pour le cinéma à la télévision, la situation des distributeurs indépendants devient intenable

Alors que le rapport Lescure remis au Gouvernement au printemps dernier diagnostiquait un certain nombre d’évolutions majeures et proposait des pistes qui méritaient d’aboutir rapidement, deux mauvaises nouvelles sont tombées en l’espace de quelques jours : le transfert des compétences de la Hadopi au CSA, qui devait s’inscrire dans le cadre de la loi sur l’indépendance de l’audiovisuel public, est reporté et le principe de la taxe sur les appareils connectés n’a pas été retenu, au moins pour 2014.

Ces deux axes d’action étaient analysés par le rapport Lescure, salué lors de sa remise par la Ministre de la Culture, comme au cœur des moyens dont le Gouvernement pouvait se doter pour garantir au secteur de l’audiovisuel les conditions de sa mutation numérique en préservant son tissu industriel. Ils constituaient une proposition politiquement forte.

Quelques mois après la remise du rapport Lescure, le Gouvernement vient d’annoncer une grande loi sur la création qui inclurait désormais la culture à l’heure du numérique. Cette annonce sera-t-elle suffisante pour envoyer un message clair sur la volonté politique d’agir contre le piratage ? Devons-nous rappeler que, sur ce sujet, les chiffres témoignent d’un recul non seulement de la salle de cinéma, de la vidéo physique mais aussi du marché émergent de la vidéo à la demande qui accusait moins 6 % au premier semestre 2013 ? Et qu’en parallèle, le nombre de visionnages illicites de films sur le net se compte cette année encore en centaines de millions ?

Quant à la taxe sur les appareils connectés conçue pour corriger le transfert de valeur des acteurs historiques vers les nouveaux acteurs et accompagner la transition numérique des industries culturelles, l’enterrer équivaudrait à entériner une situation dans laquelle les nouveaux acteurs de la diffusion et de la consommation des œuvres ne contribuent pas au financement du secteur. Ce serait un renoncement sans précédent.

Enfin, si la levée de l’interdiction de la publicité pour le cinéma à la télévision en cours de discussion devait aboutir, ce serait l’un des moyens les plus puissants mis en place en France pour préserver la diversité de l’offre cinématographique qui disparaîtrait.

La régulation constitue le socle de la diversité et de l’ouverture sur le monde de l’industrie cinématographique défendue par les distributeurs indépendants et par toute une série d’acteurs de la filière. La remettre en cause ou ne pas l’adapter, c’est soumettre leur économie à une accélération des mécanismes de concentration qui laminent une diversité déjà fortement questionnée par ailleurs.

Lire notre communiqué de presse.‏

DIRE se réjouit de la décision relative à la baisse de la TVA sur les billets de cinéma et remercie les salles de cinéma

DIRE se réjouit de la décision du gouvernement relative à la baisse de la TVA sur les billets de cinéma. L’annonce par la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, du passage de la TVA sur les billets de cinéma de 7 % à 5 % à compter du 1er janvier 2014 est une décision importante dans ce qu’elle réaffirme le caractère culturel du cinéma.

Les distributeurs indépendants membres de DIRE se réjouissent de ce choix politique fort qui participe à la défense de l’exception culturelle. Ils remercient à cette occasion les salles de cinéma qui sont engagées à leurs côtés pour la défense du cinéma dans toute sa diversité, condition expresse de sa créativité et de sa vitalité.

Lire notre communiqué de presse.

DIRE salue la mémoire de Fabienne Vonier

L’ensemble des sociétés membres de DIRE – Ad Vitam, Bac Films, Diaphana, Happiness Distribution, Haut et Court, Le Pacte, Les Films du Losange, Mars Distribution, Memento Films, Pyramide Distribution, Rezo Films, Ufo Distribution, Wild Bunch Distribution – salue la mémoire de Fabienne Vonier, grande figure du cinéma français. DIRE n’oublie pas que Fabienne a été l’une des fondatrices du syndicat, Présidente du DIRE pendant des années jusqu’au jour où elle a souhaité se consacrer pleinement à la production.

Louis Malle, Aki Kaurismäki, Tonie Marshall, Fatih Akin, Woody Allen, Nikita Mikhalkov, Youssef Chahine, Nuri Bilge Ceylan, Alejandro Gonzalez Iñarritu, Sean Penn, Gianni Amelio, Mike Leigh, Benoit Jacquot, Alain Cavalier, Bernard Rapp, Alain Resnais, Catherine Corsini, Claire Denis, Elia Suleiman, Wayne Wang & Paul Auster, Philippe Faucon, Tony Gatlif, Arnaud & Jean-Marie Larrieu, Abel Ferrara, Julian Schnabel, Olivier Ducastel & Jacques Martineau, Brigitte Rouan, Julie Lopes Curval, Bernard Giraudeau, Shohei Imamura, Pavel Lounguine, Emmanuel Mouret, Ismael Ferroukhi, Andrei Zviaguintsev, Naomi Kawase, Patrice Chéreau… sont parmi les réalisateurs que Fabienne a distribués sous PYRAMIDE DISTRIBUTION.

Le Havre, L’homme sans Passé, Soul Kitchen, Les Invasions barbares, Partir, Trois Mondes, Irène, Les Hommes libres, Beijing Bicycle, J’ai pas sommeil, France Boutique, Au plus près du paradis, Les Climats, Les Trois singes, L’école de la chair, Carrington, XXL, Wakolda… sont parmi les films qu’elle a produits ou coproduits sous PYRAMIDE PRODUCTIONS.

Fabienne a aussi coproduit le nouveau film de Fatih Akin, The Cut actuellement en post- production. Le Beau Monde de Julie Lopes Curval dont le tournage démarrera le 19 août sera le dernier film qu’elle signera en tant que productrice déléguée.

Lire notre communiqué de presse.

Exception culturelle : DIRE salue la mobilisation victorieuse des cinéastes

Les Distributeurs Indépendants Réunis Européens saluent la victoire des créateurs remportée le 14 juin avec l’exclusion des services audiovisuels du mandat de négociation pour l’accord de libre-échange Europe États-Unis.
Cette victoire couronne la mobilisation des professionnels associés à la pétition regroupant les plus grands noms du cinéma mondial et qui a recueilli en quelques semaines plus de 7 000 signatures de professionnels du secteur à travers toute l’Europe.

Le syndicat DIRE souscrit pleinement à la vision de Jean-Pierre et Luc Dardenne qui, avec d’autres cinéastes, ont exprimé leur satisfaction en ces termes : « Nous avons retrouvé l’esprit d’une Europe que nous aimons : celle qui met ses valeurs avant toute chose, celle qui a œuvré avec de nombreux pays du monde pour faire émerger la Convention de l’UNESCO pour la Diversité Culturelle. Celle qui “veut continuer à écrire son Histoire par l’esprit, par la Culture, par un regard divers sur soi et sur le Monde, afin que les citoyens puissent apporter des réponses profondes et complexes aux défis que notre époque soulève”. Celle dont les rêves et les aspirations ne se bornent pas à une gestion technocratique à court terme du commerce et des marchés. Car c’est de cela qu’il s’agit. Notre combat n’est pas une revendication corporative, c’est l’affirmation que ce qui fait le ciment des peuples ne peut pas se monnayer dans des négociations commerciales. Chaque peuple doit pouvoir soutenir et protéger sa culture : nous l’avions affirmé, c’est “un facteur d’échange et de compréhension mutuelle”, c’est encore plus vital en des temps de crise. Le droit à la diversité culturelle est un droit de l’homme. »

Lire notre communiqué de presse.

Exception culturelle : le combat continue

Une délégation de cinéastes européens, composée de Lucas Belvaux, Costa Gavras, Daniele Luchetti, Dariusz Jablonski, Radu Mihaileanu, Cristian Mungiu, accompagnés par l’actrice Bérénice Bejo, a rencontré mardi 11 juin 2013 à Strasbourg le Président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, pour lui redire la nécessité d’exclure l’audiovisuel et le cinéma du projet de mandat de négociation commerciale entre l’Europe et les États-Unis. Le Président Barroso s’est obstiné dans son refus. Il s’est réfugié dans un discours qui n’apporte aucune garantie au respect de l’Exception culturelle, et qui compromet gravement l’avenir des politiques culturelles en Europe. Les cinéastes européens en appellent aux États membres afin d’enterrer ce projet extrêmement périlleux pour la culture européenne.

Lire le communiqué de presse des cinéastes européens.

Un nouvel appel des cinéastes en faveur de l’exception culturelle

Quatre jours avant le vote du mandat qui sera attribué à la Commission européenne pour engager les négociations commerciales avec les Etats-Unis, les cinéastes européens se mobilisent à nouveau dans la presse française et européenne pour réclamer l’exclusion des services audiovisuels et cinématographiques de la négociation. Lire la tribune.

Voir la pétition des cinéastes européens.

Les signataires de la tribune :
(publiée dans Libération le 10 juin 2013)

Pedro Almodovar, Andrea Arnold, Lucas Belvaux, Bernardo Bertolucci, John Boorman, Roberto Jiménez Bozada, Daniel Castro, Isabel Coixet, Cristina Comencini, Pedro Costa, Matteo Garonne, Costa Gavras, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Manoel de Oliveira, Jaco van Dormael, Stephen Frears, Tullio Giordana, Miguel Gomes, Dácil Pérez Guzmán, Robert Guédiguian, Michel Hazanavicius, Agnieszka Holland, Aki Kaurismaki, Abdellatif Kechiche, Joachim Lafosse, Ken Loach, Daniele Luchetti, Dariusz Jablonski, Cesar Martinez Herrada, Ursula Meier, Radu Mihaileanu, Rebecca O’Brien, Volker Schlöndorff, Ulrich Seidl, Jerzy Skolimowski, Joachim Trier, Margarethe von Trotta, Enrique Urbizu, Andrzej Wajda, Virginia Yagüe, Benito Zambrano, Krzysztof Zanussi

DIRE au Palmarès du Festival de Cannes : six films primés

laviedadele02

DIRE se félicite du Palmarès de l’édition 2013 du Festival de Cannes : sur les sept prix décernés par le jury présidé par Steven Spielberg, six, dont la Palme d’Or, sont allés à des films distribués par des sociétés membres de DIRE. Par ailleurs, le jury d’Un Certain Regard, présidé par Thomas Vinterberg, a récompensé un film de DIRE.
Lire notre communiqué de presse dédié.

Sélection officielle – en compétition

Palme d’Or : La Vie d’Adèle – Chapitre 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche, Wild Bunch

Prix de la mise en scène : Amat Escalante pour Heli, Le Pacte

Prix du scénario : Jia Zhangke pour Tian Zhu Ding (A Touch of Sin), Ad Vitam

Prix du jury : Soshite Chichi Ni Naru (Tel père tel fils) de Kore-Eda Hirokazu, Le Pacte en association avec Wild Side

Prix d’interprétation féminine : Bérénice Bejo dans Le Passé d’Asghar Farhadi, Memento

Prix d’interprétation masculine : Bruce Dern dans Nebraska d’Alexander Payne, Diaphana

Sélection officielle – Un Certain Regard

Prix de la mise en scène : L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie, Les Films du Losange

DIRE AU FESTIVAL DE CANNES 2013 : 31 films sélectionnés

SIGNATURE 10cm 2013.inddDIRE se félicite de la présence importante de ses adhérents à Cannes : entre le Festival, la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine de la critique, ce sont 31 films distribués par les membres de DIRE qui ont été sélectionnés : 22 films figurent dans la sélection du Festival de Cannes (dont 15 films en compétition officielle, 2 hors compétition et 5 à Un Certain Regard), 6 sont à la Quinzaine des réalisateurs et 3 à la Semaine de la critique, dont le film d’ouverture. DIRE se réjouit de voir, année après année, les œuvres défendues par ses membres ainsi reconnues pour leur très grande exigence artistique par les sélections cannoises.

Voir la liste des 31 films sélectionnés (communiqué de presse).

DIRE soutient aux côtés des cinéastes européens l’exception culturelle

DIRE s’associe à la pétition des cinéastes européens contre la libéralisation du secteur audiovisuel dans les négociations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis.

DIRE se réjouit de regrouper des sociétés qui depuis de nombreuses années distribuent les films de réalisateurs qui ont participé à cette pétition : Marco Bellocchio (Italie), Luc et Jean-Pierre Dardenne (Belgique), Michael Haneke (Autriche), Aki Kaurismäki (Finlande), Joachim Lafosse (Belgique), Ken Loach (Royaume-Uni), Cristian Mungiu (Roumanie), Joachim Trier (Norvège), Fernando Trueba (Espagne), Thomas Vinterberg (Danemark)…

L’inclusion dans le mandat de négociation du secteur de l’audiovisuel mettrait un terme à l’exception culturelle à laquelle la France et l’Europe doivent tant. La vitalité de la création cinématographique et audiovisuelle est le signe que cette exception mérite aujourd’hui autant qu’hier de perdurer. L’annonce de la sélection du Festival de Cannes en est une nouvelle preuve : les cinéastes européens y sont très largement représentés et les sociétés membres de DIRE sont fières de distribuer une grande part de leurs films.

La pétition en ligne : https://www.lapetition.be/en-ligne/The-cultural-exception-isnon-negotiable-12826.html

Lire notre communiqué de presse dédié.

DIRE DÉVOILE SON NOUVEAU LOGO

GrandDIRE présente sa nouvelle identité visuelle, conçue par matali crasset.

Un logo qui propose un point de fuite comme une porte ouverte vers l’imaginaire.
Un logo qui fait comme un engagement commun.
La matière est évidée pour faire apparaitre et transcrire l’essentiel.” – matali crasset.

Le travail de matali crasset, designer reconnue internationalement, est polymorphe et éclectique : de l’artisanat à la musique électronique, de l’industrie textile au commerce équitable, elle collabore avec de nombreux acteurs. Ses réalisations l’ont amenée sur des terrains tels que la scénographie, le mobilier, le graphisme, l’architecture… Envisageant le design comme une recherche, elle observe les usages et les objets du quotidien, questionne l’évidence des codes qui régissent notre vie pour mieux s’en affranchir et expérimenter.

La galerie Thaddaeus Ropac présente à partir du 7 juin 2013 une exposition, “Le voyage en uchronie”, matali avec ce nouveau logo pour Dire nous invite à un autre voyage.

Bilan du CNC sur les coûts de distribution des films français en 2011

image_gallery

Le Centre national du cinéma et de l’image animée a réalisé pour la septième année consécutive une analyse des coûts de distribution des films d’initiative française ayant reçu un agrément du CNC et sortis en salles entre 2004 et 2011. Télécharger le bilan.

Mission Lescure


Le 13 novembre 2012, la mission Lescure a auditionné DIRE sur les grands sujets du moment : piratage, chronologie des médias, diffusion des films en salles, conservation à l’heure du numérique.
En présence des présidents du DIRE (Carole Scotta – Haut et Court, et Éric Lagesse – Pyramide) et de Sylvie Corréard (Déléguée générale du DIRE), le syndicat a abordé ces différentes problématiques qui traversent actuellement la distribution. Lire le compte-rendu de l’audition.

Plus d’informations sur l’audition sur le blog participatif Culture-Acte 2.

Livre blanc de la distribution indépendante

 

Télécharger le Livre blanc de la distribution indépendante (édition 2012)

 

 

DIRE publie l’édition 2012 du Livre blanc de la distribution indépendante et pose la question de la diversité à l’heure du numérique. Le Livre blanc est à la fois un outil de référence pour mieux appréhender le rôle du distributeur, et en particulier du distributeur indépendant, au sein de la filière cinématographique et une plate-forme de réflexion sur la diversité de l’offre cinématographique à l’heure du numérique.

Cette édition 2012 a été largement remaniée et enrichie par rapport à la première édition (mai 2011) pour tenir compte des évolutions récentes, en particulier du côté du basculement rapide vers le numérique de l’ensemble de la filière cinématographique que connaît la France, de la très forte évolution du contexte de la diffusion des œuvres tant dans les salles que sur les canaux audiovisuels, des mécanismes de concentration en jeu dans le secteur, des réflexions en cours au niveau européen sur la suite de Média…

Le Livre blanc a également pour objectif de démontrer que l’indépendance est un véritable enjeu de politique culturelle. Creuset de la diversité dans un contexte général de concentration, elle permet d’accompagner les producteurs dans leurs paris sur des premiers et des deuxièmes films, sur des auteurs venant du monde entier, sur des œuvres difficiles…. Le Livre blanc conduit, à travers de nombreuses références, à faire comprendre les enjeux de la diversité, les risques qu’elle nécessite et la richesse qu’elle représente pour le public du cinéma.